twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Burkina Faso sollicite l’aide du Ghana afin d’améliorer sa connectivité nationale

mardi 23 mai 2017

La ministre du développement de l’économie numérique et des postes du Burkina Faso, Hadja Fatimata Ouattara Sanon (photo), a dévoilé le désir du gouvernement burkinabé d’améliorer sa connectivité nationale en collaborant avec le Ghana. Actuellement à Genève, en Suisse, où elle prend part depuis, le 15 mai 2017, au Conseil de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), la ministre a déclaré avoir « rencontré ici, la ministre des TIC du Ghana, nous avons parlé des infrastructures, notamment de la pose de la fibre optique entre le Burkina Faso et le Ghana qui a accès à la mer et donc au câble sous-marin. Elle a prêté une oreille attentive et m’a assurée de la collaboration de son département ».

Selon Hadja Fatimata Ouattara Sanon, qui conduit la délégation burkinabè à la rencontre de l’UIT, dont l’objectif est de trouver les moyens d’accélérer la croissance des Technologies de l’information et de la communication pour les mettre au service des objectifs de développement durable (ODD), le Burkina Faso a un besoin urgent d’améliorer sa connectivité et « le gouvernement est très ambitieux et explore d’autres pistes pour pouvoir acquérir de la bande passante cette année ».

Grâce à une meilleure connectivité, le gouvernement burkinabé veut développer son économie numérique et soutenir la croissance nationale en créant des conditions « d’une plus grande employabilité de ses citoyens et particulièrement de sa jeunesse, et les conditions de l’autonomisation des jeunes filles et des femmes. », a souligné la ministre des télécoms.

Concernant le tronçon de fibre optique que les autorités burkinabè posent depuis la capitale Ouagadougou, jusqu’à la frontière avec le Ghana, dans le cadre du projet d’infrastructures de communications en Afrique de l’Ouest (Warcip), Mme Ouattara Sanon a déclaré qu’il est déjà réalisé, à 70%. Cet ouvrage, une fois achevé, devra être interconnecté à la fibre optique tirée depuis les côtes ghanéennes jusqu’à la frontière avec le Burkina Faso pour permettre aux burkinabè de jouir d’un point supplémentaire d’accès au très haut débit.

Les assises du Conseil de l’UIT prennent fin, le 25 mai 2017.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 23 mai 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)