twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La télémédecine est l’objet d’un vide juridique au Sénégal, selon un médecin

samedi 7 juillet 2012

Le professeur Mbayang Ndiaye Niang, conseillère technique en télémédecine au ministère de la Santé et de l’Action sociale, a rappelé, samedi à Dakar, que l’introduction de la télémédecine au Sénégal fait appel à une nouvelle réglementation, qui est encore l’objet d’un vide juridique.

‘’La mise en place d’un système d’e-santé ou de télémédecine repose sur la gouvernance. La télémédecine traite de l’information, qui est sacrée en médecine, en raison du secret médical, du secret du patient’’, a affirmé Mme Niang.

Elle prenait part à un atelier de deux jours sur ‘’la télé-santé en Afrique et ses défis’’. Cet atelier est organisé par le groupe Nazounki Global Medical Network, en marge du Salon international de la santé et du matériel médical de Dakar (SISDAK). Ce salon de quatre jours a démarré jeudi.

En Afrique, il y a eu beaucoup de projets et d’expériences qui ne sont axés que sur la technologie, en négligeant les aspects liés au respect du secret médical, au stockage des données, à la responsabilité des personnes traitant de l’information médicale sans être assermentées, a signalé Mbayang Ndiaye Niang.

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale a le devoir de protéger le patient, ce qui fait appel à ’’une nouvelle problématique’’ avec la télémédecine, a-t-elle dit.

‘’[...] Nous sommes arrivés à un moment où les technologies sont mûres, rapides et efficaces. Ce qui nécessite des garde-fous, notamment une charte de développement et d’implantation des réseaux de télémédecine’’, a souligné Mme Niangt.

Au Sénégal, il existe des lois et règlements qui protègent l’information et incriminent la cybercriminalité, a-t-elle rappelé, estimant qu’il existe un vide juridique cependant pour la télémédecine.

‘’Maintenant, quand ça devient virtuel [...], il faut être sûr que la personne est là où elle doit être et est en train de faire ce qu’elle doit faire’’, a affirmé Mme Niang, parlant des exigences de la télémédecine.

‘’C’est pourquoi nous estimons que la télémédecine, si elle est mal appliquée, peut devenir un danger pour les populations et pourrait même tuer un patient’’, a-t-elle averti.

(Source : APS, 7 juillet 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)