twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La régulation de l’audiovisuel au Sénégal doit être corrigée, selon Latif Coulibaly

lundi 31 août 2009

« La régulation a pour vocation essentielle de prendre un secteur économique donné, d’en assurer un développement harmonieux afin d’en faire bénéficier ses acteurs sans qu’aucun acteur ne porte préjudice à un autre par rapport à ses activités. Ce qui n’est pas le cas au Sénégal et cela mérite d’être corrigé », dixit Abdou Latif Coulibaly. Voilà en substance ce qu’on peut retenir du débat organisé samedi dernier par la Convention des Jeunes Reporters du Sénégal (Cjrs), à Dakar, sous le thème : « Libéralisation, régulation et concurrence des télévisions au Sénégal ».

La rencontre qui a duré près de deux heures de temps a été animée par Abdoulaye Sakho, juriste et expert en régulation, Abdoul Latif Coulibaly, journaliste, et Moudou Ngom, ancien Directeur de la communication, modérateur des débats. La discussion a été menée devant un parterre d’acteurs du secteur de la presse était diligentée samedi dernier par la Cjrs. Elle avait pour but d’expliquer aux Sénégalais quel est le cadre organisationnel de la télévision. Ce qui a conduit à la problématique de la régulation. Comment se passe t-elle, à quoi obéit-elle et à quoi sert-elle ? Tout au long de ce débat, les panélistes ont donc apporté des éléments de réponses à cette série de questionnements.

Selon le professeur Abdoulaye Sakho, la régulation a deux objectifs : couper le cordon ombilical entre l’action administrative et la politique dans certains secteurs particulièrement sensibles et dans le même temps promouvoir une réglementation moins distante de la société. Il a cependant défini « la régulation comme un concept qui est le fruit de l’évolution débouchant sur une adaptation des analyses politiques, économiques et juridiques à ce phénomène du glissement d’une économie administrée vers une économie de marché constatée dans tout les pays du monde ». Pour Latif Coulibaly, la régulation est un phénomène simple : « elle a pour vocation essentielle de prendre un secteur économique donné, d’en assurer un développement harmonieux afin d’en faire bénéficier ses acteurs sans qu’aucun acteur ne porte préjudice à un autre par rapport à ses activités ».

Abondant dans le même sens, le professeur Sakho a rappelé la date de création de l’organe de régulation du Sénégal : « c’est la loi 98-09 du 11 février 1998 portant création du Haut Commissariat de l’audiovisuel qui vient enfin pallier aux manquements du Haut Conseil de la radiotélévision » Durant les débats, les parties prenantes ont parcouru plusieurs points parmi lesquels celui de l’attribution des fréquences. Et le professeur Sakho d’affirmer : « l’assignation des fréquences est de la compétence de l’agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Elle est personnelle et incessible ». A sa suite, monsieur Coulibaly a trouvé qu’il y a un problème à ce niveau : « l’assignation des fréquences est la chose la plus simple au monde. Mais, ce qui se passe dans ce pays est formidable. Lorsque vous faites une demande de fréquence auprès de l’Artp, on vous répond qu’on attribue pas de fréquence aux personnes qui passent leur temps à insulter le chef de l’Etat » il ajoute : « pour eux, penser et réfléchir différemment que le président de la République est une insulte à son endroit ». Par la même occasion, l’écrivain-journaliste voit d’autres problèmes dans le secteur de la régulation au Sénégal : « la régulation telle qu’elle fonctionne dans ce pays n’est pas normale. Au lieu d’être mise au service d’une politique, elle est plutôt mise au service d’humeur, de volonté d’un homme et d’un régime. Ce qui est déplorable » a t-il poursuivi.

Toutefois, le Directeur de l’Issic admet que ce n’est pas chose facile : « Corriger ce secteur n’est pas chose facile mais il faut s’y atteler », a-t-il déclaré. Et de poursuivre son propos en donnant un exemple d’un dysfonctionnement du système de régulation sénégalais : « prenons le cas du secteur des télécommunications. Il en existe trois acteurs opérateurs aujourd’hui » ; déclare t-il. « Savez-vous que ; quand les deux premiers payent toutes les taxes, le troisième opérateur Expresso pour ne pas le nommer bénéficie de manière irrégulière et illégale d’un certain nombre d’avantages et de faveurs qui lui permettent d’échapper au cadre législatif que l’Etat a mis en place ». « Cette façon d’agir fausse la loi de la concurrence. De plus, cela pénalise le consommateur qui n’y gagne rien et le citoyen qui n’est pas au courant de toutes ces exonérations et taxes.

Pourtant, l’Artp en est informée ». Latif Coulibaly a fini son propos en rappelant aux uns et aux autres que la régulation de l’audiovisuel n’est pas un phénomène nouveau : « c’est depuis 1887 que le Canada a mis en place des instances de régulation de l’audiovisuel du marché, pareil pour les Etats Unis et l’Allemagne ». Et de continuer : « ce n’est pas parce que la France s’y est prise tardivement en 1981 et le Sénégal dans les années 1990 que c’est nouveau ».

Estelle Belinga

(Source : Sud Quotidien, 31 aout 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)