twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La cartes prépayées peuvent contribuer à augmenter le taux de bancarisation

vendredi 17 décembre 2010

Les cartes prépayées se présentent comme un moyen d’augmenter le taux de bancarisation dans l’espace UEMOA, a déclaré, vendredi à Dakar, la directrice du développement du réseau du marché monétique du Groupement interbancaire monétique de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (GIM-UEMOA) Fama Ndiaye.

"Les cartes prépayées pourront être le catalyseur de l’augmentation du taux de bancarisation dans l’espace UEMOA", a-t-elle souligné en marge de l’ouverture de la deuxième édition du Salon monétique régional consacré au thème :"Les TIC et la monétique au service du développement bancaire et financier dans la zone UEMOA’’.

Mme Ndiaye a rappelé que plus de 94 pour cent de la population de l’Afrique de l’Afrique de l’Ouest n’est pas bancarisée. "Il ne faut pas exclure ces 94% en procédant à la modernisation des moyens de paiement", a-t-elle relevé.

"Il fallait donc trouver un produit qui soit accessible à tout le monde. Nous pensons que si les clients commencent à utiliser les cartes prépayées, ils vont s’habituer aux services bancaires. Du coup, ils vont ouvrir des comptes bancaires", a poursuivi cette responsable de l’UEMOA.

Pour sa part, le vice-gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) Ali Badjo Gamathié a déclaré "le financement est le grand absent des Objectifs du millénaire pour le développement(OMD)", relevant que "c’est la monétique qui va amener la banque au plus grand nombre".

Se félicitant de la diversification des produits bancaires dans l’espace UEMOA, il s’est dit persuadé qu’on peut utiliser la monétique comme "un objet banal". Ce qui, selon lui, montre que "nos populations n’ont pas peur des nouvelles technologies".

Le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances Néné Mboup Dieng a elle estimé que "les services bancaires ne sauraient se désintéresser des Technologies de l’information et de la communication".

La faiblesse du taux de bancarisation, a-t-elle dit, nécessite la mobilisation de tous les acteurs pour faire de la carte GIM-UEMOA un moyen de paiement unique dans l’espace communautaire.

Cependant, a-t-elle ajouté, la vulgarisation de la monétique ne pourra se faire que si elle garantit la sécurité, la confidentialité, la rapidité, la fiabilité des transactions et surtout, si elle est disponible à un coût acceptable pour tous.

(Source : APS, 17 décembre 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)