twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Sonatel, une vache à lait pour qui ?

samedi 6 novembre 2004

Voilà une société nationale de surcroît hyper liquide, qui dégage près de 56 milliards de francs Cfa de bénéfices, soit plus du triple du chiffre d’affaires du Port auonome de Dakar qui tourne autour de 18 milliards de francs Cfa et qui ne fait rien pour l’Etat sénégalais et pour le peuple sénégalais. Jugez-en vous-mêmes.

Certes, la Sonatel paie des salaires conséquents à ses agents, le Drh a dit que le chauffeur à la Sonatel touche 350 000 francs de salaire de base mensuel (bien plus qu’un cadre de la hiérarchie A1 de la Fonction publique) et verse à l’Etat près de 50 milliards de francs d’impôts divers, entre autres menues dépenses. Mais elle n’apparaît nulle part dans les grands projets de développement national initiés par les pouvoirs publics. C’est à croire qu’elle ne s’y intéresse pas du tout. Pendant que des sociétés nationales beaucoup moins nanties comme la Lonase, le Port, la Sde, les banques, les Ics et tant d’autres s’engagent réellement de manière patriotique à soutenir les actions de développement du gouvernement en participant à des niveaux appréciables aux efforts de financement de certains projets de développement national (les Ics avec l’environnement ; la Lonase dans les réfections et réhabilitations des écoles et hôpitaux, etc.), la Sonatel n’apparaît nulle part de manière significative (...) Dès lors, on est en droit de se demander pour qui roule la Sonatel ?

Surtout si on retient qu’en 2002, France Télécom était quasiment au bord de la faillite avec plus de 35 milliards d’euros de déficit. La Sonatel est allée à son secours en versant près de 40 milliards au titre de quote parts des dividendes, en achetant de façon quasi exclusive plus de 100 milliards de matériels et équipements télécom et en payant plus de 5 milliards au titre de salaires pour les cinq cadres assistants français (inutiles ) en poste dans le cadre du management-fee tant décrié par les syndicats. Et cela va continuer .

Quand on y ajoute que Sonatel Mobiles (ex-Alizé) a acquis sa licence d’exploitation Gsm au franc symbolique alors que Sentel a payé 50 milliards pour la sienne, on ne sait plus quoi dire. Il est vrai que passer 17 ans à la tête d’une société, vous donne des droits quasi divins qui vous autorisent à prendre les pouvoirs publics pour quantité négligeable. Quand on a, à son tableau de chasse, plus de sept ministres de Robert Sagna à Abdou Fall, en passant par Moustapha Kâ, Serigne Diop, Abdoulaye Elimane Kane, Aissata Tall Sall, Diop Decroix, tous « consommés » sans coup férir, on n’a plus peur de rien. Et ce n’est pas un petit séminariste trop poli comme Joseph Ndong, l’actuel ministre, qui va vous empêcher de dormir. D’autant plus qu’on se glorifierait d’avoir les moyens de sa politique (...)

Ensuite non content de se payer soi-même un salaire mensuel de plus de 11 millions de francs (vous avez bien lu) et de s’octroyer une prime annuelle de plus de 120 millions (ce sont les syndicats qui l’ont dit), le Monsieur détiendrait plus de 2 000 actions dans la Sonatel (ce n’est pas un délit d’initié ça ?).

En attendant, l’inamovible Dg de la Sonatel attrait régulièrement à la barre, ne respecte jamais les décisions de justice en sa défaveur, fort du soutien du réseau de relations de son pater tout puissant. Aussi accumule-t-il, sans sourciller, les contentieux déjà vidés définitivement par la justice. Il en est ainsi des pauvres retraités qui attendent depuis 20 ans d’entrer dans leurs droits que la Poste a déjà payés à ses ayants droit. Quand son père disait en 1981, à Abdou Diouf, « les Sénégalais sont fatigués », il ne pensait pas sûrement à ceux que son fils allait faire souffrir et continue à faire souffrir à la Sonatel depuis 17 ans.

Quand toutes les grandes entreprises ont changé plus d’une fois de Dg, lui, il est toujours là. Quant au bon peuple sénégalais, il continue à être pressurisé par les tarifs exorbitants pour engranger des bénéfices mirifiques qui vont continuer à engraisser France Télécom, car les bénéfices sont réalisés uniquement avec l’argent des Sénégalais et accessoirement des Maliens avec Ikatel. C’est pourquoi les Français ne se sont pas trompés qui disent que la Sonatel est la meilleure filiale au monde .

Aussi la question est reposée : La Sonatel : Vache à lait pour qui ? En tout cas, pas pour le peuple ni pour le gouvernement du Sénégal. Et puis 17 ans, ce n’est pas encore assez ? Tout le monde est interpellé.

Moussa FALL Fass Dakar
moussafal@hotmail.com

(Source : Wal Fadjri, 6 novembre 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)