twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Mauritanie a requis l’expertise du CTIC de Dakar pour se doter d’un incubateur de start-up

mercredi 13 avril 2016

La Mauritanie veut améliorer son secteur de l’innovation dans les technologies de l’information et de la communication afin de booster son économie. Le pays voudrait, à cet effet, mettre sur pied un incubateur de start-up qui accompagnera les jeunes développeurs et innovateurs TIC dans le monde de l’entrepreneuriat numérique. Pour le succès de ses ambitions, la Mauritanie a requis l’expertise du CTIC de Dakar qui doit restituer, en mai prochain, l’étude qui lui a été commandée en mars dernier sur la faisabilité, dans le pays, de cette infrastructure d’encadrement des start-up. C’est la Banque Mondiale qui finance l’étude de faisabilité que réalise le CTIC de Dakar.

A travers son incubateur de start-up, la Mauritanie veut se hisser au même niveau que ses voisins de la sous-région Afrique de l’Ouest, à l’instar du Sénégal, de la Guinée ou encore du Bénin. Ces pays ont mis sur pied leurs propres incubateurs de start-up qui améliorent progressivement leur économie à travers la chute du chômage chez les jeunes, le renforcement du tissu économique par de nouvelles entreprises qui mettent sur le marché des produits spécialisés.

La Mauritanie a décidé de créer un incubateur de start-up TIC, après avoir été impressionnée par la qualité des applications qui sont sorties du lot, l’année dernière, au terme de la MauriApp Challenge, le premier concours d’applications mobiles organisé dans le pays. Le concours était porté par Hadina RIM TIC, avec le soutien de la Banque Mondiale, le ministère de l’Emploi, de la formation professionnelle et des TIC, les opérateurs télécoms Chinguitel, Mauritel et Mattel.

(Source : Agence Ecofin, 13 avril 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik