twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Cour de cassation donne raison à l’ingénieur sénégalais Keba Diop contre la Société Générale

mardi 21 avril 2015

La Cour de cassation française a rejeté par arrêt daté du 31 mars 2015 le pourvoi de Société Générale contre sa condamnation par un tribunal de Toulouse en appel, à verser 80 000 euros à l’ingénieur financier d’origine sénégalaise Keba Diop, qui a accusé le banque française de lui avoir volé son projet innovant de transfert d’argent vers l’étranger.

Au cœur du litige, le projet « Transcompte », que M. Diop a lancé en 2004, alors qu’il était étudiant à l’école de commerce de Toulouse. Ce projet novateur visait à faciliter les transferts d’argent et à permettre aux étrangers résidants en France d’ouvrir, simultanément, deux comptes, l’un dans l’Hexagone et l’autre dans leur pays d’origine.

En 2007, un cadre du groupe Société Générale, qui aurait nié avoir eu tout contact avec l’étudiant, lance le projet « Votre banque ici et là-bas » qui reprend en partie le principe de fonctionnement du Transcompte. Ce cadre a reçu le prix de l’innovation pour avoir lancé sur le marché le produit révolutionnaire.

Se sentant lésé, Keba Diop a dénoncé une « concurrence déloyale » et s’est estimé victime d’un « vol de propriété intellectuelle ». Il a évalué son préjudice à 15 millions d’euros. La banque remporte la première manche de la bataille, en 2012. Mais la procédure d’appel a donné raison, deux ans plus tard, à l’ingénieur financier en reconnaissant la culpabilité de la Société générale et en lui imposant le versement de 80 000 euros de dommages et intérêts.

Le groupe société Générale s’est, cependant, pourvue en cassation, notant qu’il disposait déjà en 2004 d’un service de transfert d’argent par téléphone baptisé « I-Transfert » qui intégrait déjà l’idée du projet de l’étudiant.

Après l’étude des deux systèmes en cause, la Cour de cassation a précisé que « le service I-Transfert de la banque est différent du projet de l’étudiant » et a attribué la paternité du projet de bi-bancarisation ou compte double (« Votre banque ici et là-bas ») de la Société Générale à Keba Diop.

« Dorénavant cet arrêt de la cour de cassation n° 14-12391 fait office de jurisprudence. Les étudiants, les porteurs de projet, les chercheurs pourront s’appuyer dessus en utilisant la notion de parasitisme pour attaquer en justice les personnes et entreprises mal intentionnées qui volent les œuvres des étudiants et ingénieurs. » a déclaré Keba Diop.

(Source : Agence Ecofin, 21 avril 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)