twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Etat exige la déconnexion du réseau Tigo

samedi 15 novembre 2008

Mauvaise nouvelle pour les travailleurs et les abonnés de Tigo. L’Etat du Sénégal a décidé de se radicaliser dans le différend qui l’oppose à cette société de téléphonie. En effet, dans un communiqué dont Nettali.net a pu avoir copie, il est dit que le gouvernement du Sénégal, par le biais du ministre de l’Information et des Télécommunications a décidé de servir une assignation à Sentel Gsm. Et c’est le tribunal régional de Dakar qui devrait se charger de l’affaire.

« Le gouvernement demande au tribunal d’ordonner à Sentel de cesser immédiatement toute activité d’exploitation d’un réseau Gsm au Sénégal sous astreinte comminatoire, en même temps que le paiement de divers dommages intérêts », lit-on dans le communiqué du ministère de l’Information et des Télécommunications. Le même document précise que « l’Etat du Sénégal vient de servir à Sentel et Millicom une assignation à comparaître devant le tribunal régional de Dakar depuis le 11 novembre 2008 ».

En fait, ce différend remonte aux premiers mois de l’alternative politique au Sénégal, lorsque le gouvernement dit avoir constaté que « Sentel et Millicom exploitaient une licence de télécommunications, au terme d’une concession en date du 03 juillet 1998 sans en avoir payé le prix, encore appelé droit d’entrée ». Le communiqué note d’ailleurs qu’« aucune trace de paiement au titre de l’attribution de cette licence ne fut trouvée, malgré les allégations de Sentel et Millicom affirmant le contraire, c’est-à-dire qu’elles avaient payé le prix de la licence ».

Et c’est le gouvernement avait laissé Sentel poursuivre ses activités, c’est parce que, explique le communiqué, « les sociétés exprimèrent le souhait de pouvoir continuer à opérer au Sénégal- ». « Elles obtinrent l’audience du chef de l’Etat. Les deux sociétés acceptèrent alors de payer un prix et demandèrent des négociations pour en fixer le montant afin de normaliser leur situation au Sénégal », ajoute la même source.

Cependant, en 2007, Sentel et Millicom à qui appartient Tigo sont invitées à la table des négociations. Objectif : fixer le prix que ces sociétés devaient payer pour continuer l’exploitation de la deuxième licence.

« Il apparaît clairement que Sentel et Millicom n’ont pas été de bonne foi dans tous leurs rapports avec l’Etat du Sénégal », semble se désoler le gouvernement. Suffisant alors pour saisir la justice. Parce que « Sentel n’avait plus de licence valable ».

(Source : Nettali, 15 novembre 2008)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)