twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Khassoum Wone, nouveau Dg de l’Adie : L’éminence grise de Macky sort de l’ombre

jeudi 17 mai 2012

La politique moderne, d’aucuns diraient même post-moderne, exige la tenue de statistiques fiables qui orienteront l’action du politique. Et qui dit statistiques, dit aussi informatique qui en est aujourd’hui la base et la matrice. Aussi bien, Me Abdoulaye Wade, le président sortant avait son Tos, comme on l’appelait (Thierno Ousmane Sy) qui s’est même targué, au lendemain des élections présidentielles fort controversées, d’avoir maillé la carte électorale du pays au point que le camp présidentiel pouvait déterminer, par avance, les résultats électoraux _ soit en passant, les Libéraux avaient donné, avec une précision chirurgicale, les résultats du scrutin présidentiel de 2007 avant même le début de la campagne électorale. Idrissa Seck, lui-même, avait son informaticien-maison, que le régime d’alors avait pris le soin d’alpaguer lors de son arrestation en 2005 pour atteinte à la sûreté de l’Etat et qui avait son bureau attenant à celui de son mentor.

C’est vous dire l’importance de ces informaticiens qui sont les véritables éminences grises des politiques. Macky s’est, certes, nommé un conseiller en Tics, mais son homme-lige en la matière depuis 2008, date de la création de l’Alliance pour la République (Apr), son parti, c’est Khassoum Wone, le tout nouveau Directeur général de l’Agence de l’Informatique de l’Etat.Réputé réservé, mais courtois, affable et d’une grande disponibilité, comme en atteste une source familiale, Khassoum Wone, la quarantaine bien sonnée _ il est né en 1972 !_, est un surdoué qui a fait ses armes au siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) comme Fondé de pouvoir, puis Sous-directeur. Cet ingénieur en informatique, diplômé de l’Institut africain d’Informatique (Iai) de Libreville, dont il est sorti major de sa promotion en 1999, après avoir été premier au concours d’entrée deux ans plus tôt, a obtenu un baccalauréat en Série E (Mathématiques-Physique et Chimie-Technologie) au lycée technique de Diourbel.

Toujours premier de sa classe aussi bien à l’école primaire Algor Dioum de la ville, puis au Collège moyen d’enseignement technique (Cemt) et, enfin, au Lycée Ahmadou Bamba de Diourbel, Khassoum a de qui tenir. Il est en effet le fils du docteur Omar Wone, qui fut candidat à l’élection présidentielle de 1983. C’est à Diourbel qu’il se lie d’amitié avec les membres de la famille de Marième Faye, la Première dame. On entend d’ici les cris d’orfraie de ceux qui taxent, à tort ou à raison, le nouveau président de la République de népotiste, mais quel politique n’aimerait avoir sous sa manche ce petit génie d’informaticien ? Macky Sall, lui, ne s’y est pas trompé et grand bien lui en fit.

En effet, lorsqu’il lui a fallu implanter et massifier son nouveau parti, il confia la tâche de recenser les comités électoraux de l’Apr sur toute l’étendue du territoire à celui qui fut un acteur majeur de la mise en œuvre des systèmes Star-Uemoa (Système transfert automatisé et de règlement dans l’espace de l’union monétaire ouest africaine), Sica-Uemoa (Système interbancaire de Compensation automatisée), Gim-Uemoa (Système carte interbancaire). Kassoum Wone a mis en place le Système d’information électoral de l’Apr baptisé Kocc qui, en plus de cartographier, depuis 2009, le militantisme de l’Apr basé sur les comités, a aidé lors des élections de février/mars 2012 à la mise en place de la représentation dans l’ensemble des lieux et bureaux de votes du Sénégal et à la sécurisation du vote via un dispositif rapide de remontée des résultats. C’est cet homme qui a la lourde tâche de réformer l’administration sénégalaise que le laisser-aller du défunt régime avait complètement désarticulé.

Le président Macky Sall, lors de la fête du travail du 1er mai dernier, avait émis des doutes sur le nombre, qui serait gonflé, des agents de l’Etat. « Je vais immédiatement prendre des dispositions avec l’équipe qui est là pour vraiment auditer l’ensemble des fonctionnaires de l’Etat avec des bases biométriques. Et, dans un avenir très proche, nous allons détecter les fonctionnaires fictifs dans le sillage de la réduction du train de vie de l’Etat. Ce sera vraiment un noyau biométrique de base qui pourra nous emmener vers un gouvernement numérique », a dit Khassoum dès sa prise de fonction. Nous attendons de voir pour juger sur pièces ce proche des proches de Macky qui se voit propulser de l’ombre aux feux de la la rampe.

(Source : Seneweb, 17 mai 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)