twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Introduction des Tic dans l’enseignement au Sénégal : Microsoft pour un lien entre la technologie et la pédagogie

jeudi 23 septembre 2010

Au-delà du défi d’un ordinateur par apprenant que des pays comme le Sénégal veulent relever, Microsoft est convaincu que les Tic doivent être associées à la pédagogie pour parvenir à un enseignement de qualité. Une conviction qui est à l’origine du programme triennal de recherche sur les innovations dans l’enseignement et l’apprentissage (Itl research) et dont les résultats ont été livrés aux autorités du Sénégal.

Etalée sur trois ans (2009-2012), l’étude sur les innovations dans l’enseignement et l’apprentissage a permis, dès la première année, de comprendre les transformations en cours dans les pratiques d’enseignement et d’apprentissage, dans un contexte de plus en plus marqué par le développement et l’intrusion des Tic dans l’éducation. Ce travail aura, cependant, été réussi grâce aux questionnaires soumis à six cents enseignants de cinquante établissements du cycle secondaire des régions de Thiès, Fatick, Kaolack et Dakar. Mais aussi d’autorités du système éducatif tant au niveau central que décentralisé, comme le directeur de l’Enseignement moyen secondaire général, l’inspecteur d’académie de Dakar, l’Usaid dans son programme Education de base et les chefs d’établissement de cinquante collèges. Ce projet de recherche doit aboutir à la production d’un rapport mondial de synthèse sur les transformations en cours dans les systèmes éducatifs et à la formulation des recommandations scientifiques. Ce qui aidera les décideurs à améliorer la qualité des enseignements et des apprentissages en général, et au Sénégal en particulier. Le secrétaire général du ministère de l’Education nationale chargé du Préscolaire, de l’Elémentaire et du Moyen secondaire, Mafakha Touré, a promis une application correcte des conclusions qui seront tirées de ce programme entièrement financé par Microsoft à hauteur d’un million de dollars chaque année. Selon lui, l’éducation est un des secteurs où se sont rapidement développés les usages technologiques. C’est pourquoi, dira-t-il, l’Etat ne ménagera aucun effort pour que les résultats finaux de cette étude soient un modèle dans le processus d’introduction des Tic dans le système éducatif pour un enseignement de qualité. ‘Le hic est que l’utilisation des Tic dans les écoles sénégalaises, en général, n’est pas encore allée au-delà de l’alphabétisation numérique et des recherches documentaires effectuées par les enseignants et leurs élèves’, semble, toutefois, regretter le secrétaire général du ministère de l’Education.

Comme lui, pour la directrice du programme Microsoft Recherche sur les innovations dans l’enseignement et l’apprentissage (Itl research), ‘les Tic, à elles seules, ne suffisent pas pour améliorer la qualité de l’enseignement. Les technologies doivent aller ensemble avec la pédagogie’. Maria Langworthy est d’avis que les statistiques sur le nombre d’ordinateurs par enseignant ou par apprenant - qu’il soit élève ou étudiant - souvent mises en exergue, traduisent mal les efforts d’un pays dans l’introduction des Tic dans son système d’enseignement académique. ‘Aujourd’hui, les enseignants ayant bénéficié de ce programme comprennent mieux que les autres, comment intégrer les Tic dans l’enseignement académique’, magnifie Mme Langworthy.

Convaincu que le 21e siècle sera pour le Sénégal celui des technologies de l’information et de la communication, le représentant de Microsoft pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre relève, cependant, que ‘même enseignées comme une discipline à part entière, les Tic ne sont pas encore ancrées dans les pratiques pédagogiques aux fins d’améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage’. La déception de Ibrahim Youssoury se justifie par le fait que, selon lui, ‘les Tic peuvent pourtant être utilisées aussi bien comme des ressources éducatives que comme des supports pédagogiques nécessaires pour la construction et la consolidation des savoirs’.

Le Sénégal est le seul pays africain sélectionné dans ce programme Itl Research aux côtés de la Russie, de l’Indonésie et de la Finlande. Le Mexique, le Royaume-Uni, et les Etats-Unis ont rejoint le cercle restreint cette année.

A. Sidy

(Source : Wal Fadjri, 23 septembre 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)