twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet dans les industries sénégalaises par Philippe Barry et Hamidou Diop*

vendredi 18 janvier 2002

L’étude menée par Philippe Barry et Hamidou Diop porte sur "L’appropriation de Internet dans les moyennes et grandes industries sénégalaises ". Les deux auteurs qui sont des experts du secteur privé sénégalais estiment que les entreprises industrielles se sont relativement bien appropriées l’outil Internet, à travers l’utilisation du courrier électronique. Il n’en demeure pas moins que l’impact d’Internet dans le fonctionnement desdites entreprises reste négligeable, constatent-ils.

Cette situation découle d’un certain nombre de raisons liées notamment à l’inexistence du commerce électronique, l’absence sur Internet de contenus "sénégalais" et la faible appropriation d’Internet dans l’Administration sénégalaise, les organisations du secteur privé etc.. Selon les conclusions de cette étude, "Internet s’avère être un outil d’information et de communication indispensable aux activités de 67% des entreprises industrielles connectées au réseau mondial. Dans 24% d’entre elles, Internet constitue un instrument très important, dans 43% important, 22% peu important et 11% sans importance".

Pour tirer le maximum profit des avantages d’Internet , le personnel a été formé dans 50% des entreprises industrielles connectées au réseau mondial. En outre, des emplois liés à l’Informatique et Internet ont été créés dans 43% des entreprises industrielles connectées au réseau mondial. L’outil informatique a également fait une percée dans les banques et diverses entreprises du secteur tertiaire.

Selon les chiffres cités, 54% des entreprises industrielles connectées à Internet bénéficient par réseau télématique de services bancaires. Par ailleurs, 13% des entreprises industrielles connectées à Internet bénéficient d’autres services par réseau télématique. Les auteurs citent un certain nombre de raisons qui freinent la généralisation d’Internet. Pour certains, Internet constitue une charge financière non négligeable alors que pour d’autres, les risques d’utilisation par le personnel à d’autres fins que professionnelles sont assez élevées. Une troisième est relative au la perception de certains selon laquelle " l’utilisation d’Internet ne se justifie pas dans le cadre de leur fonction". Ainsi, dans 20% des entreprises industrielles connectées au réseau mondial, le coût d’Internet constitue un obstacle majeur à la généralisation de l’accès au personnel d’encadrement et dans 24% des entreprises industrielles sa généralisation est prématurée.

Pour Philippe Barry et Hamidou Diop, les véritables effets d’Internet restent encore à découvrir dans les entreprises industrielles. Dans 78% des entreprises industrielles connectées au réseau mondial, on considère qu’Internet offre de nombreuses opportunités. Les avantages mentionnés se limitent toutefois à : "l’abaissement de frais de communications téléphoniques, de fax et de courrier express, et la recherche d’informations à caractère professionnelles et générales". A cause de ces facteurs, Internet n’est pas encore perçu comme : un puissant outil commercial (commerce électronique), un performant outil de gestion et un instrument adéquat pour la réalisation d’études de produits et de marchés.

Selon les résultats publiés dans l’étude de Barry et Diop, "dans 43% des entreprises industrielles connectées au réseau mondial on considère qu’Internet peut perturber leur bon fonctionnement pour deux raisons" . Cette position découle du fait que certains pensent à la transmission de virus et la confidentialité de certaines informations. En conclusion, Philippe Barry et Hamidou Diop estiment que le degré d’informatisation des entreprises industrielles au Sénégal est satisfaisant et la tendance à augmenter le parc informatique s’accentue. En outre, font-il remarquer, se connecter à Internet entre de plus en plus dans les habitudes des entreprises et du personnel. Cependant, globalement, l’outil Internet n’est pas encore suffisamment utilisé pour capter les mutations technologiques.

*Experts du secteur privé

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)