twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Informatique : un recteur déplore le sous-financement de la recherche

mercredi 24 avril 2013

Le recteur de l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Sud), Kourfia Kéba Diawara, a déploré mercredi l’insuffisance des moyens alloués à la recherche en informatique, estimant que le sous-financement ne favorise pas l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans des secteurs comme l’agriculture.

‘’Les moyens destinés au financement de la recherche en informatique ne sont pas suffisants pour l’obtention de résultats satisfaisants devant conduire à une plus grande utilisation de l’informatique et de ses applications dans les secteurs de l’agriculture et de l’économie’’, a-t-il dit.

M. Diawara s’exprimait à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du cinquième Colloque national sur la recherche en informatique et ses applications (CNRIA), du 24 au 27 avril.

‘’Aussi pour permettre aux universités de jouer pleinement leur partition dans le développement économique, il est nécessaire de mettre à leur disposition des moyens suffisants pour le financement de laboratoires structurés regroupant des enseignants-chercheurs de haut niveau’’, a-t-il estimé.

Le président du comité de pilotage du CNRIA, Moussa Lô, a pour sa part déploré le nombre relativement peu élevé des chercheurs en informatique, qui sont pour la plupart des jeunes.

Au total 80 chercheurs-enseignants permanents et une vingtaine de doctorants sont enregistrés dans les cinq universités publiques sénégalaises, a-t-il signalé.

Selon M. Lô, cette édition sera celle du lancement de l’Association sénégalaise des chercheurs en informatique (ASCII), qui aura entre autres missions, celle d’assurer la pérennité du colloque.

Des ateliers sur l’harmonisation des programmes d’informatique au sein des universités sénégalaises et l’orientation et l’organisation de la recherche en informatique se tiennent en marge du CNRIA, a-t-il ajouté.

De son côté, l’adjoint au gouverneur chargé du développement, Amadoune Diop, a salué l’impact réel des TIC sur tous les secteurs de la vie, de l’économie à la culture, en passant par le social.

Au Sénégal, a-t-il relevé, les TIC contribuent à hauteur de 10% au Produit intérieur brut (PIB) du Sénégal. Il a toutefois souligné la cherté des coûts d’accès à l’informatique, la faible vulgarisation des résultats de la recherche dans le domaine et le faible accès des populations aux TIC.

‘’Cette situation limite dans une large mesure la contribution de cet outil aux efforts de développement économique et social’’, a-t-il indiqué M. Diop, lors de la cérémonie.

(Source : APS, 24 avril 2013)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)