twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Inauguration de la radio Wadr : La première caution de Wade à une station privée

jeudi 1er juin 2006

C’est parce qu’il n’y a point de développement sans dialogue que la West africa democracy radio (Wadr) investit les champs du respect des Droits de l’homme. Mais aussi de la construction de la paix et de sa consolidation dans des zones où la guerre a fait oublier aux hommes les mélodies de l’espoir. Cette fréquence, dont le lancement officiel a été présidé hier matin par le président sénégalais, Abdoulaye Wade se veut une radio à dessein communautaire. La Wadr a été portée sur les fonts baptismaux par Ong Open society institute for west Africa (Osiwa) qui fait de la promotion de la bonne gouvernance démocratique et du suivi des réformes socio-économiques, son cheval de bataille.

Et l’option, qui consiste à investir le paysage audiovisuel des pays de la Mamo river, notamment les deux Guinée, le Sénégal, la Sierra Leone et le Liberia, n’est pas un choix fortuit. En effet, longtemps meurtries par des guerres dont l’issue finale est le contrôle du pouvoir, les populations de pays comme le Liberia ou la Sierra Leone - dans leur majorité - n’ont pas accès à l’information. Ce constat, établi par les initiateurs de la West Africa democracy radio, pourrait surprendre dans un monde globalisé. Mais, toujours est-il que, selon eux, la diffusion de l’information n’épouse pas le niveau de compréhension de ces populations.

Ainsi, c’est pour amener un début de réponse à ces équations que la Wadr se propose de dialoguer avec les populations dans des langues qui leur sont accessibles. Mais aussi de centrer le dialogue autour de la préoccupation quotidienne de ces couches défavorisées. Et ce, dans le respect de l’éthique et de la déontologie inhérent à la bonne pratique du journalisme. D’autant plus que le parrainage par l’Osiwa de cette fréquence, qui s’arroge le titre de ‘l’Internet du pauvre’, pose le problème de l’objectivité et de la neutralité de l’organe dans la diffusion de l’information.

Un défi que la Rédactrice-en-chef de la Wadr, Nana Tanko, ne perd pas de vue. Mais elle rappelle à la raison ceux qui sont tentés de penser que le parrainage de l’Osiwa pourrait influer sur leur ligne éditoriale. L’objectif de la Wadr, rassure-t-elle, est de s’affranchir des contraintes économiques qui engendrent la corruption. Et ceci ne peut se faire sans une bonne assise dans l’espace médiatique, précise Mme Tanko. C’est dire que les initiateurs de la West africa democracy radio sont conscients des enjeux et de la nécessité d’exister en dehors de toutes entités financières.

Maïmouna Ndour FAYE

(Source : Wal Fadjri, 1er juin 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)