twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Il y a un an Métissacana suspendait ses activités Internet

lundi 19 mai 2003

Il y a un an, le 17 mai 2002, Métissacana a suspendu ses activités Internet au Sénégal. Aujourd’hui, le secteur est toujours sinistré. La complicité du Monopole et de l’Etat est devenue flagrante Le 17 mai 2002, Métissacana suspend ses activités Internet au Sénégal, pour cause d’environnement hostile, entre d’une part, l’abus de monopole et la concurrence déloyale de la Sonatel/France Télécom et d’autre part, le laxisme de l’Etat en matière de législation et de réglementation du secteur.

Un an après, la situation s’ aggrave. D’autres structures mettent la clé sous la porte ou cessent certaines de leurs activités, tels les prestataires de Voix sur Ip, permettant la téléphonie internationale à moindre cout.

A l’inverse du téléphone, l’’évolution du parc des usagers de l’Internet stagne, : 8000 comptes en 1999 pour 11 000 en 2003. Le premier fournisseur privé derrière la Sonatel/France Télécom compte 1000 abonnés quand Métissacana en comptait 1500, en 1999, a son pic, avant d’être freiné par la carence de bande passante

Situation surréaliste alors que la bande passante est maintenant fournie en quantité par la Sonatel/France Télécom, et que cette dernière se targue de pratiquer de substantielles baisses de tarifs. Résultat d’une stratégie qui lobotomise le secteur privé, incapable de jouer son rôle de locomotive et déjà hors jeu avant la phantasmatique fin du monopole.

La complicite de l’Etat se limitait à un laxisme empreint de feinte ingénuité et a une absence de dialogue avec les opérateurs. Maintenant il est clair que aucune politique nationale n’est prévue pour ce secteur, absent de la déclaration de politique générale du Premier Ministre. Le Ministre de la Culture et de la Communication, quant a lui, médiatise ses éloges de la Sonatel/France Télécom.

Les chantiers qu’impulse l’Etat reduit le secteur privé a un role d’exécutant. La numérisation de l’administration, le cyber village sont de nouvelles appellations controlées de concepts connus des 1996, à la naissance de l’Internet en Afrique. Leurs financements sont le résultat d’une main tendue des autorités sénégalaises et non le fruit d’une stratégie de développement du secteur.

Du contenu, nettement édulcoré, est gommé la dynamique consistant à faire de l’Internet un mass media, un outil de développement au service de la population. L’accent mis sur les téléservices escamote qu’il s’agit de delocalisation pour des opérateurs étrangers qui n’ont rien a voir avec les téléservices de proximité dont le peuple sénégalais dans son ensemble est dans la nécessité de bénéficier

L’alibi est la connectivité rurale dont la Sonatel/France Télécom qualifiait d’aventurier Metissacana , pourtant en partenariat avec Alcatel, de prétendre connecter les 13 500 villages sans téléphone du Sénégal. Le monopole s’engage maintenant par un effet d’annonce à remplir cette mission apres l’avoir réduite à sa plus simple expression. Il s’agit de simple cabine téléphonique au lieu des cyber centres prévus par Métisscana avec Alcatel qui auraient fournis le téléphone, le fax et toute une panoplie de services de proximité.

La reflexion sur la convergence des moyens de transmission, services , produits et activités du secteur des télécommunication est complètement absente alors que c’est une des clés d’un développement de ce secteur au bénéfice des populations et du pays. Une vision claire de la convergence garantirait a la fin du monopole de ne pas integralement brader le secteur à l’étranger et de ne pas echapper pour une fois à ses responsabilités

Roi borgne au royaume des aveugles en matière de Nouvelles Technologies en Afrique de l’Ouest après en avoir été le leader incontesté sur le continent aux debuts de l’Internet, le Sénégal, dans son rôle de responsable des nouvelles technologies au sein du Nepad n’est plus guère crédible aux yeux de la communauté internationale.

Est-il besoin de rappeler que Oumou Sy, gérante et fondatrice du Métissacana, a été mise en prison, suite à l’affaire des 100 mannequins, véritable coup monté de toutes pièces par de piètres cerveaux, 8 jours après que l’Etat ait refusé au Métissacana la licence de connectivité rurale, au regard de la position dominante de la Sonatel ?

Michel Mavros
Communiqué de presse

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)