twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Guerre des WiFi à la place de l’Indépendance : « Ville de Dakar », « Sénégal émergent », c’est l’interférence

jeudi 16 avril 2015

L’offre de la connexion à Internet attire la convoitise des acteurs politiques du pays. Ces derniers investissent dans ce domaine, soit pour contrecarrer un acte posé par un adversaire ou pour se faire identifier autrement. L’approche des fêtes de l’indépendance 2015, reste une illustration parfaite de cette dualité ou volonté d’étouffer. Il a été constaté l’existence déjà, à la place de l’indépendance d’un modem de la « ville de Dakar ». Conscient des effets de cette accessibilité offerte au public, le parti au pouvoir s’est donné les moyens de mettre en parallèle un autre modem, « Sénégal émergent ».

Les occupants ou passants de la place de l’indépendance sont bien gâtés. L’internet plane dans l’air et se distille dans tous les sens. Son accès est gratuit. Raison, deux modems sont installés dans ce périmètre. Il y’avait auparavant sur ces lieux, une connexion Wifi, installée par la ville de Dakar. Cette connexion était, attestent certains usagers, bien opérationnelle et suffisante, en termes de signale. Mais, la surprise apparaît, lors de la célébration des fêtes de la souveraineté nationale du pays.

Les habitués des lieux ont constaté du coup, la présence d’une autre connexion Wifi, bien fonctionnelle sur le même périmètre. Ce double offre, pour un même objectif avaient poussé certains, à s’inquiéter de cette nécessité de les installer sur un même lieu. Et, les avertis pensaient qu’il s’agissait d’acte, posé par le parti au pouvoir. Autrement, une façon de se rendre plus visible ou tout simplement une volonté de noyer les actes d’un concurrent politique. Ces derniers, n’ont cessé de se demander si, effectivement, il était utile d’investir davantage sur un même lieu, quelque chose déjà existante.

Et, pour des raisons politique ou par simple coïncidence, il est serait important de savoir l’intérêt de l’existence de ces deux modem, libre d’accès. Les avis de certaines personnes bénéficiaires, démontrent que les usagers se soucient à peine de l’origine de la mise en disposition des wifi « Sénégal Emergent » et « Ville de Dakar ». Constat : sur les lieux, les nombreux bénéficiaires sont assis par ci et par là. Tous fixés sur leur téléphone portable, tablette ou ordinateur, en train de se connecter, soit sur le modem du régime présidentiel ou celui de la mairie de Dakar. « Je me connecte avec ma clé à chaque fois que je viens ici. Je ne savais pas qu’il y avait des wifi non sécurisé, mais c’est quand même bien de mettre à la disposition des citoyens la connexion gratuite. Pour ce qui est des deux wifi, je ne sais pas pourquoi. Mais, ils ont fait l’essentiel, consistant à nous faire bénéficier de connexion gratuite », apprécie Abdou, retrouvé dans le jardin, bien occupé avec sa machine. Cet internaute, ignorant l’existence de modem non sécurisé dans ce périmètre utilise sa clé internet.

Ces Wifi à accès gratuit profitent bien aux habitués des lieux

Non loin de là, une jeune fille, assise sur les bancs, écouteurs scotchés à l’oreille, suit la série « Dinama Nekh » sur You tube. « Je me connecte chaque jour sur le Wifi « Sénégal Emergent » qui est très rapide pour surfer sur le net. Même depuis l’immeuble ou je travaille, je profite de cette connexion depuis qu’elle a été installée », explique la jeune dame, apparemment très satisfaite de cette offre. « Pour le wifi « Ville de Dakar », je me suis jamais connectée avec. Même si, ces deux modems ont été mis en disposition pour des raisons politiques. Je ne trouve pas l’intérêt qui en découle. Ce qui est certain, c’est que j’en profite facilement, peu importe qu’il y’ait des raisons politiques derrière », se réjouit Kiné.

Ailleurs, un autre interlocuteur, Youssou, l’air préoccupé défile avec sa tablette, à travers son fil d’actualité de Facebook. Ignorant même, l’existence des deux wifi accessibles, ce jeune homme, bien chamarré, se connecte sur « Ville de Dakar » pour la première fois. L’idée de manœuvres politiques pour contrer le Maire de Dakar ne l’a même pas effleuré l’esprit. « Je suis sur les lieux juste, pour trouver une connexion. Je ne me soucie même pas des questions politiques. Ce serait plus judicieux d’élargir la connexion à des endroits où, elle n’existe pas. Ils ne doivent pas seulement, se concentrer sur la place de l’indépendance qui en disposait déjà », conseille ce garçon, habillé en costume noir, cravate bien ajustée. Il semble être vrai que tous les moyens sont bons pour les hommes politiques.

A la conquête des suffrages, toutes les stratégies sont déroulées. Rien n’est à négliger. Même les détails peuvent être de taille, à l’heure du bilan. Sous ce registre, il serait peut être compréhensible, le fait de retrouver à la place de l’indépendance deux modems, pour un même exercice. Mais, l’avenir ou la décision finale, reviendra aux citoyens qui, à force de se confronter aux hommes politiques, savent prendre la bonne décision. Certainement, que l’acte soit politique ou pas, disent-ils, les populations apprécieront un moment ou, un autre…

(Source : Afrique Presse, 16 avril 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)