twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Google identifie les blocages qui freinent la croissance de l’internet au Sénégal

lundi 24 septembre 2012

La progression de la pénétration de l’Internet au Sénégal a été "limité par rapport aux progrès réalisés par d’autres pays africains", indique Google, relevant ‘’une absence du leadership politique, une faiblesse de la régulation et la concurrence limitée comme entre autres obstacles qui empêchent le décollage de la connexion haut débit dans le pays.

Intitulée ‘’Obstacles et opportunités pour la démocratisation de l’Internet haut débit au Sénégal’’, cette étude dont copie est transmise à l’APS a révélé des limites quant à l’accès à l’Internet au Sénégal.

‘’Durant les dix dernières années, la progression de la pénétration de l’internet au Sénégal a été limitée par rapport au potentiel et aux progrès réalisés par d’autres pays africains’’, constate le rapport qui loue les avancées dans ce domaine dans des pays comme le Ghana, le Kenya, le Maroc ou encore l’Afrique du Sud.

‘’Au plan politique et règlementaire, les autorités sénégalaises ont manqué de stratégies et d’actions pour encourager et stimuler l’accès de la population à l’internet’’, relève le texte, notant aussi d’autres obstacles qui freinent le développement du secteur de l’internet.

La faiblesse au niveau de la régulation est aussi source d’obstacles. ‘’Le laisser-faire au plan politique s’est aussi traduit par une activité règlementaire faible de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) qui a manqué à différentes occasions de promouvoir un marché concurrentiel des services de l’internet’’, note le rapport de Google.

Selon l’étude, ‘’la concurrence particulièrement limitée avec la position dominante de l’opérateur historique, la SONATEL, sur l’ensemble de la chaîne de valeur des services de l’internet en assurant la capacité internationale, les liens nationaux de transmission et l’accès local’’.

Cette étude de 69 pages n’a pas manqué de formuler des recommandations pour la croissance de l’internet au Sénégal. ‘’L’étude propose au Sénégal de développer et de promouvoir au plus haut niveau de l’Etat une stratégie nationale du haut débit’’, souligne le texte.

‘’Le Sénégal doit aussi promouvoir un marché d’accès internet innovant et compétitif en donnant aux fournisseurs d’accès à l’internet (FAI) la capacité de développer leurs propres infrastructures (…) et faciliter l’accès à la bande passante internationale’’, suggère le document de Google.

(Source : APS, 24 septembre 2012)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)