twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gim-Uemoa : Une carte bancaire pour faciliter l’intégration sous-régionale

vendredi 20 juin 2008

La carte Gim-Uemoa offre la possibilité d’effectuer des opérations bancaires à partir de n’importe quel établissement financier de l’espace Uemoa, affiliés au Groupement interbancaire. Un système qui vient, ainsi, renforcer l’intégration sous-régionale.

‘Les populations de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) ont maintenant la possibilité d’utiliser une carte bancaire leur permettant de faire toutes les opérations de retrait et de paiement, quel que soit leur lieu de résidence dans les huit Etats membres’. Cette annonce du Groupement interbancaire et monétaire Gim-Uemoa dont la carte bancaire porte le label, répond au vœu exprimé par la Bceao de ‘doter l’espace économique communautaire d’un système de paiement moderne, conforme aux standards internationaux’. En effet, confirme-t-on, le système de retrait et de paiement par carte bancaire Gim-Uemoa obéit aux normes en vigueur dans les pays industrialisés, en l’occurrence les normes Emv. Lesquelles normes ont été initiées en octobre 1994 par Europay, Mastercard et Visa. Elles visent à garantir une sécurité optimale et une interopérabilité relative à la carte à puce.

La carte Gim permet d’asseoir un format appelé ‘interbancarité monétique régionale’ qui offre la possibilité à un ressortissant d’un des pays membres d’effectuer des retraits en espèces à partir d’un distributeur automatique de billets d’une banque affiliée au Gim de l’espace Uemoa. Aussi la carte permet-elle le paiement de tous les achats effectués auprès de commerçants établis dans la sous-région et disposant d’un Terminal de paiement électronique portant le logo ‘Gim-Uemoa’. Le Centre de traitement monétique interbancaire (Ctmi) est le support technique sur lequel s’appuie ce format. Il relie toutes les banques et permet une large acceptation des moyens de paiement entre elles. Ce qui signifie que les titulaires de comptes des banques concernées peuvent se mouvoir dans l’espace Uemoa en utilisant un seul support qui est la carte bancaire sur lequel logo interbancaire est apposé aussi bien en retraits d’espèces que pour le règlement de leurs achats sur tout dispositif affichant cette marque. A ce jour, dix-sept établissements financiers sont connectés au Ctmi et offrent la possibilité d’effectuer des opérations interbancaires de retrait et de consultation de solde sur leurs distributeurs automatiques de billets (Dab).

La carte Gim se veut un levier à la dynamique communautaire qui met fin aux multiples systèmes monétiques cloisonnés pour donner naissance à un modèle uniforme, permettant une plus grande mobilité des personnes. ‘De ce point de vue, la carte Gim participe à la facilitation des relations économiques et commerciales entre les acteurs économiques de la sous-région et apporte une garantie à l’efficacité, l’efficience et la sécurité des systèmes de paiement’, relève-t-on dans le dossier de presse.

Depuis 1999, les autorités de la Bceao déploient des efforts pour la mise en place d’un mode de paiement et de retrait unique susceptible de contribuer à la réduction des coûts de gestion, des délais de paiement ainsi que des risques afférents aux paiements. Le directeur général de Gim-Uemoa, Blaise Ahouantchédé, indique que ‘la mise en place du cadre de concertation a pris du temps, surtout au niveau des dispositifs juridiques, financiers et de la plate-forme technique. Mais le Groupement interbancaire est fonctionnel depuis 2003’. Il signale, par ailleurs, que l’opérationnalité de la carte est encore ‘embryonnaire’. Le groupement interbancaire espère faire adhérer plus de 81 banques d’ici juillet.

Khady Bakhoum

(Source : Wal, 20 juin 2008)

Post-Scriptum

Blaise AHOUANTCHEDE, directeur général de Gim-Uemoa : ‘Il faut banaliser l’utilisation de la carte bancaire’

Exceptée la Guinée-Bissau, tous les pays membres du Gim-Uemoa offrent, au niveau de certains établissements financiers, l’interbancarité monétique à travers les fonctions retrait et consultation de solde. Le Groupement interbancaire ne compte pas installer des terminaux de paiement électronique mais, plutôt, s’appuyer sur les Dab déjà existants au niveau des banques pour l’utilisation de la carte. Toutefois, le directeur général de Gi-Uemoa déclare que ces Dab vont être mis à jour, en conformité avec les normes Emv. La carte Gim est adaptée à l’environnement des affaires de la sous-région. Ce qui reste à faire, selon M. Ahouantchédé, c’est d’éduquer et de sensibiliser les populations qui, par ailleurs, n’ont pas de ‘culture financière’. En effet, l’utilisation de billets et pièces de monnaie occupe une place prépondérante dans les transactions des agents économiques, les mouvements des billets entre les Etats étant favorisés par l’unicité de la monnaie et la faible utilisation des moyens scripturaux, avec tous les risques que cela comporte. Ainsi, le directeur général du Groupement interbancaire estime qu’’il faut banaliser l’utilisation de la carte bancaire’ et renforcer le tissu financier de nos Etats. Même les systèmes financiers décentralisés (mutuelle, etc.) sont inclus dans le projet du Gim-Uemoa. M Ahouantché souligne, également, que ‘toute transaction interbancaire effectuée sur le réseau Gim est non-répudiable’. Le plus important maintenant, note M. Ahouantchédé, c’est que les clients des banques récupèrent leur carte Gim afin d’effectuer des opérations dans tous les Dab où le logo du Groupement interbancaire monétique est affiché. Parallèlement, l’utilisation de cette carte permet la réduction des commissions et des coûts de transaction à travers une optimisation des infrastructures techniques nécessaires. La création du Ctmi est de nature à abaisser les charges financières pour toutes les parties.

Sur l’aspect sécurité de la carte Gim, le directeur général éffirme que ’la lutte contre la fraude se fera de manière collégiale avec les autres réseaux’. Un système de contrôle des mouvements suspects de la carte est mis sur pied pour parer à toute tentative de fraude.

Khady Bakhoum

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)