twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Commande publique des Tic : Les entreprises du Cnp dénoncent leur marginalisation

vendredi 10 juillet 2009

Avant-hier, les entreprises du Btp s’insurgeaient de leur mise à l’écart au profit des entreprises étrangères. Hier, c’était le tour des entreprises évoluant dans les technologies de l’information et de la communication de dénoncer leur marginalisation dans les marchés intéressant le secteur.

Le président de l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication (Optic), structure affiliée au Conseil national du patronat (Cnp), a déploré hier le peu d’intérêt que le gouvernement a vis-à-vis du secteur privé national. ‘Nous ne cessons de déplorer le manque d’implication significative du secteur privé dans les grands projets gouvernementaux relatifs au Tic qui devraient être un vecteur de renforcement durable de nos capacités’, a souligné M. Antoine Ngom.

S’exprimant au cours d’un atelier d’échanges et de concertation sur ‘Le partenariat public-privé (Ppp) dans le secteur des Tics’, organisé par le Cnp en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer, ce dernier a fait dans le détail en indiquant les domaines qui sont touchés par ces projets, à savoir les infrastructures et les applications. ‘Les applications, voilà un domaine où nos entreprises excellent avec une maîtrise parfaite de toutes les nouvelles technologies de développement. Dans le domaine des télécommunications et des infrastructures réseaux également, nous disposons de ressources à même de tirer de ce sous-secteur des revenus substantiels’, a-t-il signalé.

Aussi, le président de l’Optic a-t-il plaidé en faveur d’un partenariat fort avec l’Etat pour diverses raisons. ‘Nous recherchons un partenariat fort avec l’Etat pour une forte implication du secteur privé local dans ses projets Tic, pour faire évoluer plus rapidement l’environnement, la réglementation et le processus de libéralisation effective et pour le montage de schémas d’affaires faisant intervenir le public et le privé’, a-t-il indiqué. Un partenariat qui s’avère fondamental à ses yeux pour le succès de la Stratégie de croissance accélérée (Sca) dans sa grappe Tic. ‘La réussite de la Sca dans sa grappe Tic n’est possible que s’il existe un vrai partenariat public-privé à tous les niveaux’, a-t-il averti.

M. Ngom a, en outre, soulevé les faiblesses des Tic par rapport au sous-secteur des télécommunications. ‘Les performances du secteur des Tic sont loin d’être en adéquation avec ce que nous en attendons vu le potentiel qu’il revêt. Disons le clairement, en dehors du sous-secteur des télécommunications, le secteur privé des Tics est faible’, a-t-il fait remarqué. M. Ngom de citer ainsi la faible capacité d’accès au marché mondial et régional, la faible capacité d’investissement sur fonds propres et la taille critique.

Parlant au nom de M. Baïdy Agne, président du Cnp, M. Papa Nalla Fall, président de la Commission formation et valorisation des compétences professionnelles de cette organisation patronale, a plaidé pour l’émergence d’un secteur privé national fort dans le domaine des Tic. ‘La citoyenneté active et la solidarité nationale sont réclamées dans plusieurs secteurs de l’économie nationale, notamment dans celui des Tic, domaine privilégié d’application du partenariat public-privé’, a-t-il indiqué. ‘Le Cnp a toujours dit qu’il ne peut y avoir un Etat fort aux côtés d’un secteur privé national faible, qu’il ne peut y avoir un Etat faible aux côtés d’un secteur privé national fort et que le Sénégal, pays moins avancé (Pma), ne peut être l’exception’, a-t-il ajouté. M. Fall de s’interroger par rapport à ce qui se fait dans le monde. ‘Quel pays n’accompagne pas ses entreprises sur le marché national, régional et international ? Quel pays ne donne pas une valeur culturelle au patriotisme et à la souveraineté économique ?’, s’est-t-il demandé.

Ndakhté M. Gaye

((Source : Wal Fadjri, 10 juillet 2009)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)