twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cheikh Sadibou Fall : ’’les conditions pour un vote par Internet ne sont pas encore réunies’’

jeudi 10 juin 2004

Toutes les conditions ne sont pas encore remplies pour que les émigrés sénégalais puissent voter via Internet, a affirmé mercredi le ministre de l’Intérieur, Cheikh Sadibou Fall lors d’une séance plénière de l’Assemblée nationale consacrée à ladite question.

M. Fall a indiqué que cette méthode de vote reste encore très peu utilisée à travers le monde, soulignant que même les pays les plus développés comme la France ne font aujourd’hui que l’envisager.

En plus, le vote via Internet fait appel à beaucoup de moyens, a-t-il encore expliqué. Pour ne citer qu’un exemple, il faudrait équiper tous les ambassades et consulats du Sénégal de moyens informatiques pour l’inscription des électeurs. De plus, il faudra se doter de puissants serveurs, a-t-il ajouté, non sans souligner que toutes ces technologies ont un coût financier.

Mais en plus de la cherté d’un tel système, il existe encore d’autres inconvénients qui risquent d’avoir des conséquences sur la fiabilité des élections. Parmi ces éléments, M. Fall a cité la possibilité d’achat du droit de vote et les risques de violation du secret du vote.

Malgré les aléas qui interdisent pour le moment le vote par Internet, M. Fall a souligné que le gouvernement reste ouvert à toutes formes de réflexion dans le sens d’aider tous les Sénégalais à voter.

Certains députés de la majorité ont défendu la même position que le ministre de l’Intérieur.

‘’Il est impossible’’ d’assurer la sécurité dans l’Internet’’, a estimé le député Babacar Gaye du groupe ‘’Libéral et Démocratique’’, expliquant qu’il y a des ‘’gens qui s’amusent à percer le mystère des grands serveurs’’ sans compter les autres possibilités de manipulation qui ouvrirait la route à une fraude massive.

De son côté, le président du groupe parlementaire ‘’Libéral et Démocratique’’, Doudou Wade estime qu’il est prématuré pour le Sénégal d’adopter le vote via Internet. Selon lui, cela fait six ans que l’Assemblée nationale s’est dotée d’un système informatique. Mais pas une seule fois les députés n’ont essayé cette méthode de vote.

Le député Abdoulaye Babou de l’Alliances des forces de progrès (AFP) est cependant loin d’être convaincu par les arguments du ministre de l’Intérieur et de la majorité.

‘’La sécurité ne doit pas faire peur. C’est avec l’informatique qu’on gère le guidage des avions et le système bancaire’’, a-t-il expliqué, ajoutant qu’il ‘’n’y a pas de système sécurisé à cent pour cent’’.

Rappelant que ‘’le vote via Internet est une piste à explorer’’, Me Babou estime ‘’qu’il est du devoir des pouvoirs publics de tout mettre en œuvre afin de permettre à chaque Sénégalais de pouvoir voter’’.

Sa question orale est d’ailleurs motivée par le fait que les Sénégalais vivant à l’étranger votent ‘’très peu’’ aux élections.

(Source : APS 9 juin 2004)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)