twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après la libéralisation des télécoms : L’Intersyndicale de la Sonatel précise sa vision des enjeux du secteur

lundi 9 août 2004

L’essentiel des thèses défendues par les travailleurs, lors des journées de concertation sur les télécommunications, les 2 et 3 juillet derniers, ont été confortées par les experts invités par l’Agence de régulation des télécommunications et l’Etat du Sénégal, en l’occurrence les rapports des cabinets « Ineum » et « Mckinsey », ont estimé les syndicalistes de cette société des télécommunications. Cependant, l’Intersyndicale et l’Amicale des cadres de la Sonatel n’ont pas manqué d’émettre des réserves quant à l’applicabilité de toutes les conclusions issues de ces assises de juillet dernier. Pour le secrétaire général du Syts et par ailleurs porte-parole de l’Intersyndicale des travailleurs de la Sonatel et de l’Amicale des cadres de ladite société (Acson), Ibrahima Konté, ces thèses concernent la spécificité du marché sénégalais qui exige une limitation du nombre d’opérateurs, afin de garantir la profitabilité et la poursuite des investissements durables dans un souci de préservation de la qualité des services, entre autres avantages. Parmi les axes qui doivent constituer le fondement de toute lettre de politique sectorielle pertinente, figurent le choix d’une licence d’opérateur global, solvable, crédible et ayant des références internationales mondialement reconnues, l’existence d’un opérateur historique qui doit proclamer son engagement d’être le moteur de développement du secteur susceptible de tirer les autres. Selon le conférencier, il devrait y avoir une discussion entre l’Etat et l’opérateur historique sur la constitution d’un cahier de charge ambitieux pour le développement de la télé-densité en zone urbaine. Il est également nécessaire qu’il y ait une politique étatique de partenariat entre les opérateurs et le secteur privé, fondée sur la concertation avec des objectifs clairs et ambitieux, souligne le porte-parole de l’Intersyndicale des travailleurs de la Sonatel. Il s’agira, selon lui, de protéger des secteurs à niches, de veiller à l’application de la loi 2002-2003 sur les télécommunications et de faire de sorte que l’Agence de régulation des télécommunications (Art) soit mieux outillée. Pour les membres de l’Intersyndicale et de l’Acson, l’Etat doit continuer à être présent dans la Sonatel et à utiliser l’opérateur historique en tant que moteur de lutte contre la fracture numérique et de mise en œuvre de la politique des Ntic et du Nepad. Afin d’obtenir les résultats escomptés de la libéralisation, le gouvernement doit procéder impérativement à une bonne gestion de la période de transition, afin d’éviter une dévalorisation du marché à cause des fraudeurs qui pourrait décourager les candidats investisseurs. Il importe, soutiennent-ils, de publier une lettre de politique sectorielle après discussion avec tous les acteurs, de confectionner un cahier de charge ambitieux après ou avec négociation avec les opérateurs, particulièrement l’opérateur historique, et de faire un appel d’offres international pour recueillir les candidatures d’opérateurs crédibles et avec un coût de la licence jugé rationnel en dehors des considérations politico-politiciennes.

MAMADOU SY

(Source : Le Soleil 9 aout 2004)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)