twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Appel à une journée sans téléphone : La population boycotte le mot d’ordre des consuméristes

samedi 7 février 2009

Malgré tous les appels au boycott des services de télécoms, le message semble n’être pas passé. Dans leur écrasante majorité, les Dakarois ont désobéi au mot d’ordre des associations de consommateurs.

Il est neuf heures. Des vendeurs de cartes de crédit, trouvés devant l’agence de la Sonatel des Parcelles assainies n’ont cure de la mesure de boycott décrétée par les consuméristes. ’Si l’on se plie à la décision de ne pas vendre de cartes de crédit le matin, comment voulez-vous que l’on assure la dépense quotidienne ? Je viens tout juste d’en vendre et je ne peux éteindre mon portable’, avance un vendeur de cartes de recharge. Quant à Babacar qui opère dans la recharge électronique (Seddo, Izi), il pense qu’il faut y réfléchir. ‘Si jamais on laisse passer les 2 %, les cartes de mille francs monteraient à 1 100 francs. Ce qui risque d’être encore plus dur pour les consommateurs et pour nous aussi’.

A l’intérieur de l’agence, ce n’est pas la grande affluence. Les clients venaient par compte-gouttes soit pour payer leur facture ou procéder à un abonnement. Une jeune fille rencontrée à sa sortie de paiement, pense, tout de même, qu’’il faudrait que toute la population adhère à la cause parce que ce n’est pas normal que l’Etat procède à la hausse les taxes sur les télécommunications’.

Du côté des étudiants de l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (Issic), d’aucuns ont préféré éteindre leur portable, lorsqu’il fut treize heures. Mais, ces étudiants, dans leur grande majorité, n’ont pas tous appliqué le mot d’ordre, estimant qu’ils ont des appels à recevoir ou à émettre. A en croire O. M, une béninoise inscrite en quatrième année, ‘la communication au Sénégal est devenue trop chère. Et la population est inerte face à des hausses tout azimut’. Chez leurs camarades de l’Institut privé de gestion (Ipg), le message semble n’avoir pas été entendu. Ici, soit le portable est collé à l’oreille, soit ce sont des Sms que l’on envoie. Ailleurs dans la capitale, que l’on soit dans les bus Tata, ou dans un autre endroit, le sujet n’est pas à l’ordre du jour. Trouvés en train de discuter, des vendeurs de ‘café Touba’, entourés de clients, avouent ne pas être au courant du boycott. Pendant que certains disent avoir oublié.

Momar Cissé

(Source : Wal Fadjri, 7 février 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)