twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Aminata Touré à l’atelier sur la transition numérique : « L’Etat va mettre en place des smart villages pour accueillir des développeurs de contenus audiovisuels »

mardi 10 décembre 2013

Un atelier de deux jours sur le passage de l’analogique au numérique a été ouvert, hier, par le Premier ministre Aminata Touré au King Fadh Palace. Elle a souligné les bienfaits de cette transition et évoqué les emplois importants qu’il va générer. Mme Touré a également annoncé la création de « Smart villages » qui accueilleront des développeurs de contenus audiovisuels et des développeurs d’applications répondant aux besoins des populations.

L’atelier national, ouvert hier par le Premier ministre, Aminata Touré, est organisé par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) et le Comité national de pilotage de la transition de l’analogique vers le numérique (Contan). Il passe en revue les enjeux des Tic à l’horizon du passage à l’ère du numérique. Mme Touré y a annoncé la création de « Smart villages » qui accueilleront des développeurs de contenus audiovisuels, mais également des développeurs d’applications répondant aux besoins des populations ».

Dans la mise en œuvre pour la réussite du passage de la télévision analogique à celle numérique dans l’espace communautaire, le Sénégal devra hâter le pas, avant la date du 17 juin 2015. C’est pourquoi, pour le chef du gouvernement, « notre pays engagera toutes les énergies requises pour y parvenir à la date prévue ». Lors de cet atelier qui doit évaluer le niveau de mise en œuvre, ainsi que les questions qui restent à prendre en considération pour la réussite du basculement vers le numérique, le Cnra, un des maîtres d’œuvre par la voix de Mme Jeanne Lopis Sylla, a soutenu que la transition vers le numérique est un grand chantier en cours, en Afrique, notamment pour « nos Etats qui se sont engagés à basculer au numérique en juin 2015 ». De l’avis de Mme Sylla, qui délivrait un message du président du Cnra Babacar Touré, « pour nos pays, cette transition représente un changement important sur le plan technologique, mais également social et économique ». En outre, rappelle Amadou Top du Contan, la mission de sa structure consiste à créer les conditions du respect de la date du 17 juin 2015, pour passer de l’analogique au numérique. Il est optimiste, malgré la lourdeur de la tâche et au regard des délais limités. « Je suis confiant dans la capacité des femmes et des hommes désignés pour l’exécuter, mais surtout de l’immense réservoir de compétences dans tous les domaines disposés à accompagner le processus dans le cadre d’une alliance pour le développement du numérique ».

Multiplicité de chaînes et de télévisions cablées

Après les 7 Etats de l’Union monétaire, qui ont déjà tenu ce type de rencontre, le Sénégal doit, à son tour, évaluer le chemin déjà parcouru et voir ce qui lui reste à faire. C’est ainsi que M. Koffi N’Goyet, au nom de la Commission de l’Uemoa, a soutenu que ces réunions ont été décidées après un constat. « C’est en remarquant ce retard, en juillet 2010 à Bamako, que les ministres chargés des Télécommunications et des Tic ont demandé à la Commission de l’Uemoa d’élaborer un programme en vue d’accompagner les Etats de notre Union dans ce processus de transition ».

Pour Mme Aminata Touré, le numérique est une aubaine. Mais, il faudra également veiller à ce que les programmes qui viennent d’ailleurs « soient en adéquation avec notre culture ». Car, avec la nouvelle donne, il y aura une multiplicité de chaînes et nos télévisions seront réceptives à tous les câbles du monde ». Dans la démarche du président Macky Sall, avec surtout la part importante accordée aux Tic dans le programme de campagne Yonnu Yokuté, il est question d’offrir à la jeunesse les outils qui lui permettront de rivaliser avec les autres du monde comme l’a rappelé le Premier ministre. Les Tic et l’internet haut débit, corolaires de ce passage au numérique vont favoriser la création de nombreux emplois. En empruntant cette voix, a déclaré le Premier ministre, « nous assurons au Sénégalais du 21ème siècle les mêmes chances que tous les autres citoyens du monde, en lui permettant de prendre de l’assurance, de tenir entre ses mains son destin et de comprendre que dans un monde de compétition, il faut utiliser les outils les plus modernes pour être en mesure de tirer son épingle du jeu ». Avec ce passage au numérique , la création « d’un réseau national d’accès aux services emploiera des jeunes diplômés en mesure d’offrir aux populations toutes sortes de solutions concernant la gestion ou le conseil, sous forme de franchise ou de Gie auto générateurs d’emplois ».

Amadou Maguette Ndaw

(Source : Le Soleil, 10 décembre 2013)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)