twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Un pur-sang nommé Kabirou Mbodje

jeudi 9 février 2017

Les derniers événements qui font les choux gras de la presse nationale et africaine l’ont porté à un niveau de popularité jamais soupçonné ou du mois pour les profanes ; Kabirou Mbodje, car c’est lui dont il s’agit, n’est pas sorti du néant avec une histoire d’homme d’affaire qui commence en 2008 ou encore un « expat » qui est rentré et qui eut l’idée de génie d’un seul coup !

Origines :

Kabirou est le fils de Marie Sarr Mbodj. Cette dernière, originaire de Thiès est une femme politique sénégalaise. Elle fût secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale chargée de l’enseignement technique et professionnel, puis ministre de la Santé publique sous la présidence d’Abdou Diouf. Elle fut l’une des premières femmes à accéder à un portefeuille ministériel, et la première à détenir celui de la Santé.

Son homonyme, Kabirou Mbodj, fut directeur de cabinet du Président Senghor et 1er député Maire de Pikine.

Dans cet environnement de « vainqueurs », notre nouvelle fierté nationale avait déjà des prédispositions au succès !

Le style, c’est l’homme :

Permettez-moi d’emprunter l’expression à Georges-Louis Leclerc pour expliquer la nature complexe est surprenante de l’individu qui tel un phénix ….renait toujours de ses cendres. Il tient peut-être cette qualité de sa proximité avec les chevaux affutés de compétition qu’il fréquente depuis son plus jeune âge ou encore d’un sang « walo walo ».

Lorsqu’en 1989 déjà, Kabirou débarque au Sénégal avec un projet ambitieux de manège à implanter au centre-ville de Dakar à la place de l’indépendance, ses jeunes amis et parents le prennent pour un rêveur. Chevauchant sa Kawasaki ninja, jean levis, polo, vans aux pieds, coiffure banane cheveux frisés, son look ne paye pas de mine !

Quelques semaines après de dures, très très dures acrobaties, il réussit l’inimaginable ; les fameuses autos tamponneuses de la place de l’indépendance. Hé oui ! C’était déjà Kabirou ou Kab’ pour les intimes !

Fort de cette prouesse, il agrandira son parc et lui donnera le nom de Ndoumbélane. Le parc vécu et tourna dans plusieurs régions du Sénégal après Dakar.

Vers la fin des années 90, Kabirou nous revient et tape encore plus fort et plus haut, il implante la société « lydia Ludic » du groupe Péfaco International au Sénégal et déploie un réseau de salles de jeux révolutionnaires à Dakar. Réel créateur d’emplois, il verra son envol brisé par la nouvelle administration arrivée au pouvoir en 2000.

Dans la même période un autre coup dur lui tombe dessus ; l’arrêt par « destruction » de maisons témoins sur la VDN d’un programmes de maisons préfabriquées avec un constructeur italien associé. Kabirou ne baisse pas les bras pour autant ! Il a toujours sa passion pour le sport en général, l’équitation en particulier.

Il est trois fois champion du Sénégal d’équitation (93, 2005 et 2007) et vice-champion en 2008, il aime rouler en moto ou jet ski, il conduit son propre bateau et à même une licence de pilote d’avion. C’est un gagnant, un vainqueur il met toutes les chances de son côté pour atteindre ses objectifs. Certains lui prête un caractère antisocial, d’autres le dépeignent comme un altruiste ; Le style, c’est l’homme !

La traversée du désert :

De 2000 à 2008, c’est la période des vaches maigres ; Kabirou a su rester serein, attentif, espiègle et vif, il a su attendre le bon moment, la bonne heure ou la bonne étoile, il n’a jamais laissé apparaître une quelconque faiblesse ou un désarroi dans un monde souvent ingrat avec ceux qui semblent avoir échoué. Il s’est essayé à toutes sortes de projets toujours avant-gardistes. Il lance la Net TV, un bouquet de chaines pour des pays Africains, sans succès.

Plus tard, à forces de persévérance et de détermination, Kabirou s’associe avec François Richaume, qui dirige Network Technologies Participations (NTP) International, un groupe d’ingénierie spécialisé dans les nouvelles technologies. Ils montent NGI Afrique de l’Ouest : L’objectif était de créer une plateforme technique pour les jeux de loterie puis le transfert d’argent. La plateforme technique de NGI Afrique de l’Ouest est la base technique de ce qui deviendra Wari.

Au bout de l’effort le succès :

Ainsi, commence dès 2008, l’histoire que tout le monde connait de Kabirou Mbjodje couronnée aujourd’hui par l’acquisition de Tigo ! Il s’agissait là, d’un défi africain à relever !

Nous félicitons ce succès sénégalais et nous exprimons notre fierté et nos vœux de réussite en exhortant les entrepreneurs à croire en leurs projets et à donner le meilleur d’eux-mêmes pour atteindre leurs ambitions.

Ne soyons pas attentistes, soyons activistes

Gaspard Kamara

(Source : Sénégo, 9 février 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)