twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

S’unir pour faire face

mercredi 31 octobre 2001

Une de fois de plus, des fournisseurs de services Internet ont vu leurs liaisons spécialisées coupées par la Sonatel pour défaut de paiement. Ces suspensions à répétition posent à la fois le problème du coût des liaisons spécialisées, la question de l’organisation des fournisseurs de services et enfin la problématique de la taille critique des fournisseurs de services Internet. Malgré les baisses successives opérées par la Sonatel sur les tarifs de location des liaisons spécialisées, leurs coûts restent extrêmement élevés en regard de la piètre qualité du service fournis (coupure à répétition de la liaison internationale, débit réel ne correspondant pas au débit théoriquement commercialisé, liaison instables, etc.) et des tarifs pratiqués ailleurs, notamment dans les pays du Nord. Comme nous ne cessons de le répéter, la seule explication de cette situation réside dans le monopole dont use et abuse la Sonatel pour imposer ses choix techniques et surtout ses prix aux consommateurs sénégalais, avec pour résultat des bénéfices que le Président de la République lui-même considère comme « indécents » si l’on en croit les propos d’un de ses proches conseillers. A n’en pas douter les prix des liaisons spécialisées connaîtront une baisse spectaculaire le jour où la concurrence sera de règle dans le secteur. Dès lors, il ne serait même pas surprenant de voir la Sonatel se livrer à un dumping en règle pour de nouveau empêcher toute concurrence si jamais une autorité de régulation des télécommunications digne de ce nom n’avait pas été mise sur pied d’ici là. Cela étant, il serait temps que les fournisseurs de services Internet se regroupent au sein d’une association ou d’un syndicat professionnel pour faire entendre leur voix sur les questions d’intérêt commun qui interpellent leur secteur d’activités plutôt que d’agir en ordre dispersé, chacun pensant être plus malin que le concurrent pour surmonter les problèmes auxquels il est confronté. Au delà des intérêts qui les opposent en terme de conquête de parts de marché, ceux-ci doivent comprendre qu’ils ne pourront faire valoir valablement leurs points de vue face à la Sonatel comme face à l’Etat que s’ils sont unis autour de leurs intérêts communs. Faute de quoi les grandes décisions qui les concernent au premier chef risquent d’être prises, au mieux, à leur insu et, au pire, à leur détriment. Enfin, pour faire pièce à des géants comme la Sonatel où comme les firmes internationales qui ne manqueront pas d’investir le marché sénégalais dès que celui-ci sera réellement libéralisé, il serait opportun que les fournisseurs de services Internet songent à opérer des regroupements de manière à créer des entreprises ayant les moyens financiers de leurs ambitions et étant capables de résister à la concurrence plutôt que de continuer à se disputer des miettes de marché et de ne pas être en mesure de faire les investissements nécessaires à l’évolution technologique et à une forte croissance du marché. Qu’on le déplore où que l’on s’en félicite, à l’heure de la mondialisation et de la globalisation, il n’y pas de place pour les faibles en ce bas monde. Dès lors, si les fournisseurs de services Internet du Sénégal veulent durablement prospérer, il faudra obligatoirement qu’ils passent des alliances stratégiques, au niveau national comme au niveau international, de manière à atteindre une dimension sous-régionale et pouvoir espérer survivre.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)