twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Motivation

jeudi 29 janvier 2004

Tout a débuté le 13 décembre , comme d’habitude j’étais entrain de suivre le sommet SMSI de Genève dans la presse et sur Internet. J’ai été particulièrement intéressé par les discussions relatives à la réduction de la fracture numérique particulièrement entre le Nord et le Sud. "Permettre à chaque personne de devenir pratiquement membre de la société de l’information ? ". Après avoir surfé sur internet, sur la notions de liberté, je me suis rendu compte que des informaticiens mettent sur pied çà et là des associations pour les logiciels libres et qu’il y a en Europe et aux Etats-Unis des associations qui mettent sur pied des infrastructures d’accès libre, je me suis dit qu’il n’est pas nécessaire de réinventer le fil à couper le beurre, il faut copier ces idées et mettre sur pied dans mon pays une association qui développera des infrastructures d’accès libre .

Concept et projet

L’association pour le Sénégal Sans Fil est une structure associative à but non lucratif ayant pour objet le développement d’un vaste réseau publique et gratuit à haut débit. Ce réseau a pour caractéristique d’utiliser les technologies sans fil conformes aux normes IEEE 802.11b, a et g qui permettent des vitesses de transfert de 11 Mbps à 54 Mbps sur les bandes de fréquences de 2,4 Ghz et 5 Ghz. Ce MAN (Metropolitan Area Network) réseau permettra le partage et le transfert de tout fichier numérique en haute qualité à des débits élevés  : films, musique, visioconférence, concerts, etc... et le partage de connexion internet, au bon vouloir des participants. Nous ne sommes en aucun cas provider de connexion internet. Et pour finir, nous voulons garantir l’anonymat et la vie privée des utilisateurs grâce à la cryptographie sans pour autant garantir l’impunité qu’offre les liaisons sans-fil. Ainsi, nous mettons à disposition de nos membres une plate-forme d’authentification et d’enregistrement des connexions.

La philosophie

Notre philosophie s’inspire de celle du logiciel libre, la volonté de gratuité, de partage et d’échange pour le plus grand nombre. Ce développement est réalisé grâce à nos propres moyens humains et matériels. Nous acceptons les donations, nous voulons rester autonomes, libres, et indépendants. Faudra t’il attendre que d’autres viennent de l’étranger pour surfer à haut débit dans la rue ? L’association pour le Sénégal Sans Fil cherche en tout cas à démocratiser l’internet mobile rapide en se passant des opérateurs et veut créer un réseau national libre et gratuit basé sur la technologie 802.11b.

Tout comme ses concurrents Bluetooth et HomeRF, 802.11b ( aussi appelé WiFi ) est une technologie radio d’une portée de 1000 mètres permettant l’échange de données, à un débit de 11 Mégabits par seconde (1000 fois plus rapides que le GSM), entre deux terminaux. L’une de ses principales applications consiste à créer des réseaux Ethernet locaux afin de partager une connexion internet entre un ordinateur serveur, relié au Web par une connexion à haut débit, et d’autres machines, PC ou ordinateurs de poche, seulement équipés d’une antenne de réception, mais disposant de la même capacité de se connecter, indirectement à internet.

Utilisée par les entreprises ou encore par les campus universitaires, la technologie 802.11b se démocratise grâce à des tarifs compétitifs et commence à séduire de nombreux particuliers. Tout comme pour Linux, certains informaticiens se regroupent et cherchent à créer un "réseau libre" né de l’interconnexion de centaines de réseaux locaux privés et personnels. Des villes américaines comme Seattle, San Francisco ou encore Londres seraient ainsi pratiquement entièrement couvertes.

L’association pour le Sénégal Sans Fil, créée par Alassane DIAGNE, souhaite propager ce même esprit en Sénégal et plus particulièrement à Dakar, afin d’offrir aux internautes une alternative libre et gratuite, aux réseaux des opérateurs. L’association Sénégal Sans Fil participera ainsi à la réduction de la fracture numérique.

Séduisant sur le papier, Sénégal-Sans-Fil a néanmoins quelques points faibles. Tout d’abord, techniquement, la technologie 802.11b gère mal le roaming des données et ses utilisateurs doivent rester statiques. Mais ce point devrait être résolu avec l’intégration prochaine de la norme IPv6.

En outre, Contrairement aux Etats-Unis où les fréquences 2.4 Ghz et 5.8 Ghz sont libres, la Sénégal impose à tout émetteur des restrictions de puissance et surtout une autorisation préalable d’émettre à obtenir auprès de l’ART. Mais malgré ces obstacles, Alassane Diagne reste confiant pour son projet.

20 ans après les radios libres, 10 ans après le lancement du projet GNU/Linux, Sénégal-Sans-Fil poursuit donc le mouvement de démocratisation de l’information et des technologies. Reste à savoir si les ISP et les opérateurs accepteront que de simples particuliers ruinent tous leurs espoirs de rentabilité.

Toutes propositions ou contributions seraient les bienvenues

Alassane Diagne "Sénégal Sans Fil"
blaise@blaise.sn

(Source : http://wifi.tu5ex.org, 29 Janvier 2004)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)