twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La presse en ligne aura son shérif

mercredi 6 août 2014

La régularisation de la presse en ligne est le sujet qui anime les discussions entre les acteurs des nouveaux médias, selon les propos du Directeur de la Communication au ministère de la Communication, Alioune Dramé. Dans un entretien accordé au quotidien le Soleil, il affirma : « comme l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ARTP) est en train de le faire avec les télécommunications, nous allons, de notre côté, vers un organe de régulation de cette presse en ligne ».

A en croire M. Dramé, ces rencontres ne sont que les prémices d’une collaboration fructueuse avec les responsables afin de mieux contrôler ce secteur en perpétuelle expansion. La réglementation et la régulation vont alors permettre de situer les responsabilités et par la même occasion de “screener les intervenants“. En réalité, les interventions sur Internet constituent la problématique majeure de la presse en ligne car elles occasionnent souvent des attaques et des insultes.

Selon M. Dramé,les gens sont capables de dire n’importe quelle méchanceté sur le dos des personnes sous le couvert de l’anonymat. Il faut selon lui : “enlever les avatars constatés”, parce que c’est un secteur qui est appelé à se développer. Par ailleurs, il suggère une formation des futurs journalistes sur les textes qui régiraient cette presse numérique en leur inculquant des notions telles que le respect de l’éthique et de la déontologie.

Alioune Dramé a aussi insisté sur le fait que chaque jour, des acteurs mettent en ligne des sites non répertoriés fragilisant de plus en plus la gouvernance. Par conséquent, “nous avons statué sur le fonctionnement d’un site de presse en ligne” déclare –t- il.

Le Directeur de la communication déclare qu’il ne s’agit plus de mettre son site en ligne et de reprendre l’APS, ou le Soleil … “Le site doit donc être comme un journal d’informations avec un contenu original ayant un lien avec l’actualité. Le contenu publié par l’éditeur ne doit pas choquer le lecteur, c’est-à-dire qu’on ne doit pas porter atteinte à la dignité, à la décence et l’on ne doit pas présenter la violence sous un jour favorable » conseilla t-il.

(Source : Afrique ITnews, 6 août 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)