twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La cyberattaque mondiale par ramsomware WannaCry suscite une série d’appels à la prudence à travers l’Afrique

mardi 16 mai 2017

Depuis le 13 mai 2017, de nombreux pays d’Afrique appellent leurs internautes à une plus grande prudence sur Internet. Le Kenya, l’île Maurice, l’Egypte, le Rwanda, la Tanzanie, l’Afrique du Sud, le Nigeria, ont émis une note d’alerte après la vague de cyberattaques simultanées qui a touché plusieurs entreprises et organisations, à travers le monde, le 12 mai 2017, par le ransomware WannaCry.

Contrairement à d’autres virus, ce type de logiciel informatique se répand directement d’ordinateur à ordinateur sur des serveurs locaux, plutôt que par e-mail. En clair, il peut se répandre sans que qui que ce soit ouvre un e-mail ou clique sur un lien.

D’après Jakub Kroustek, le chef de l’équipe de renseignement sur les menaces de la firme de sécurité informatique Avast, c’est 75 000 attaques qui ont été recensées dans 99 pays. Une nouvelle attaque massive n’est pas exclue.

Selon la carte des pays touchés par WannaCry, dressée par le site de localisation des virus intel.malwaretech, le logiciel de rançon a touché de nombreux pays d’Europe, d’Asie, d’Amérique latine et de nombreux Etats des USA. En Afrique, seul l’Angola, le Kenya et l’Afrique du Sud figurent parmi les pays cibles du virus qui exploite une faille dans les systèmes Windows.

Pour contrer de nouvelles attaques, Microsoft, la société éditrice du système d’exploitation informatique, a d’ailleurs publié de nouveaux patchs de sécurité pour des versions de Windows qu’elle avait cessé de maintenir.

Afin de se prémunir d’une intrusion de WannaCry, l’expert Burkinabé en cybercriminalité, Younoussa Sanfo, interrogé par le journal Sidwaya, a suggéré quelques mesures préventives. Parmi celles-ci, figurent entre autres l’homogénéisation par les entreprises de leur parc informatique, en extirpant tous les systèmes obsolètes qui ne sont plus supportés par leurs éditeurs ; la fermeture par les responsables informatiques des ports SMB 139 et 445 et la mise à jour des systèmes Windows XP SP2 x64 ; Windows XP SP3 x86 ; Windows XP Embedded SP3 x86 ; Windows Server 2003 SP2 x64 ; Windows Server 2003 SP2 x86 ; Windows 8 x86 ; Windows 8 x64.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 16 mai 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)