twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La CNUCED lance à Addis Abeba son rapport 2010 sur l’économie de l’information

vendredi 15 octobre 2010

La conférence des Nations Unies pour l’économie et le dévelop­pement (CNUCED) a lancé jeudi après midi, en marge du 7ème Forum sur le Dévelop­pement de l’Afrique, son rapport annuel sur l’économie de l’information basé cette année sur l’incidence des technologies de la communication et de l’information sur la réduction de la pauvreté et les entreprises.

Ce rapport, présenté par Rémi Lang, un des auteurs, révèle que l’Afrique sub-​saha­rienne a le taux de pauvreté le plus élevé dans le monde.

Le rapport indique que 1,4 millions de personnes vivent avec 1,25 $ par jour dont beaucoup d’Africains. Un pays comme le Burundi affiche un taux de pauvreté de 85,9%. Le Swaziland affiche 76% de taux de pauvreté.

Il ressort du rapport que l’utilisation des nouvelles technologies de l’information peut aider à réduire énormément la pauvreté dans les pays africains.

Remi Lang démontre que le téléphone por table par exemple a permis au Ghana aux producteurs d’oignon et aux commerçants de tirer largement bénéfice de cette tech­nologie.

« L’information est délivrée en temps réel, le transport est facilité. Commerçants et agriculteurs tirant ainsi bénéfice de cette facilité offerte par le portable » af firme M. Lang.

En Gambie, révèle ce rapport, la téléphonie cellulaire a permis à des de favorises de sortir de leur misère grâce à un programme de la société gambienne de téléphonie mobile, la Gamcel.

La Gamcel leur donne l’opportunité de vendre des cartes SIM et des cartes de re­charge.

Au Kenya, la téléphonie mobile permet le transfert d’argent et de payer des assu­rances pour les agriculteurs, apprend-​t-​on.

Si la pénétration du téléphone mobile est forte, celle de l’ordinateur et de l’internet est faible, constate-​t-​on.

Au Burkina, 63 % de la population urbaine dispose d’un portable alors que 6,3% seulement de cette population dispose d’un ordinateur. En zone rurale, ce chiffre est de 10% pour le téléphone cellulaire et 0,3% pour l’ordinateur.

Ce faible taux en zone rurale est dû à la faible alphabétisation de cette couche de la population, relève-​t-​on.

Au Kenya, 99% de l’accès à l’internet se fait par le biais du téléphone portable, in­dique par ailleurs M. Lang citant le rapport.

Il estime qu’on peut, en relevant le taux d’alphabétisation de la population africaine, donner accès à l’Internet à un nombre élevé de personnes, ce qui est une porte ou­verte sur le développement.

Le Cap-​Vert, affirme M. Lang, affiche un bon taux de couverture en téléphonie mobile et en accès à l’Internet.

Ce taux, au dessus de la moyenne africaine, s’explique par un bon taux d’alphabéti­sation.

Il préconise pour cela l’extension de la téléphonie cellulaire sur des zones qui n’y ont pas accès.

(Source : Agence de presse africaine, 15 octobre 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)