twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La CEEAC veut harmoniser les politiques du secteur des télécommunications

vendredi 25 novembre 2016

En prélude à la réunion des ministres en charge du secteur des télécommunications en vue de l’adoption des projets de lois types relatives aux TIC, la cybersécurité et le cadre règlementaire d’interconnexion transfrontalière des Etats membres de la CEEAC, les discussion des experts se sont ouvertes le 22 novembre à Brazzaville.

Trois allocutions ont été prononcées au cours de la cérémonie d’ouverture. La première, par le Secrétaire général adjoint de la Ceeac qui a insisté sur l’urgence pour la région d’Afrique centrale de se doter des lois en vue d’une harmonisation des politiques du secteur des télécommunications. Andres Edu Mba Mokuy a également justifié la nécessité d’harmoniser les règlementations de transmission de la fibre optique nationales et les programmes de développement des infrastructures. Toute chose qui favorise un environnement propice à l’investissement privé, susceptible de garantir une offre plus variée et plus diversifiée.

M. Mba Mokuy a souhaité que les moyens et les services de communication électronique haut débit sécurisée soient accessibles au plus grand nombre à l’horizon 2025.

La deuxième allocution, celle du représentant de l’Union internationale des télécoms pour l’Afrique centrale et Madagascar, Jean Jacques Massima, qui a appelé à la mise en place d’un cadre légal harmonisé pour continent africain, cadre selon lui, qui est le référentiel indispensable pour les investisseurs en vue d’atteindre les objectifs escomptés. Et qui constitue un préalable inconditionnel à une régulation saine et forte. « Réguler c’est faciliter, anticiper, prévoir, mais réguler c’est aussi et surtout harmoniser », a martelé M. Massima.

Dans son discours d’ouverture, le ministre congolais des Postes et télécommunications, Léon Juste Ibombo, a exhorté les participants à se pencher, entre autres, sur les textes relatifs à la cybersécurité, afin d’apporter des réponses adéquates aux pratiques d’utilisation criminelle d’internet ou les attaques éventuelles des infrastructures de télécommunications/TIC à des fins de sabotage.

S.A

(Source : Agence Ecofin, 25 novembre 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)