twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’intégration du genre dans les TIC favorise le développement

mardi 9 juin 2015

L’intégration du genre dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) permet une meilleure formulation des politiques publiques et favorise plus d’accès et de contrôle pour les femmes dans les politiques de développement, a estimé la journaliste Eugénie Rokhaya Aw spécialiste des questions du genre et de développement.

‘’La technologie, avec des contenus adéquats, est un outil qui permet d’avoir les bonnes informations par rapport au développement, de promouvoir le changement et le dialogue (…)’’, a notamment dit Mme Aw, par ailleurs ancienne directrice du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI).

‘’Ça permet de formuler des politiques publiques beaucoup plus efficaces, qui permet l’accès et le contrôle. Mais que ça soit efficace, il faut parti des besoins des communautés, en particulier celles plus défavorisées dont on estime qu’elles ne sont pas censées avoir accès à la technologie’’, a fait valoir Mme Aw, pour qui, au-delà de cette efficacité, c’est une question de justice sociale.

Elle intervenait mardi à Saly (Mbour) dans le cadre d’un atelier de sensibilisation et d’intégration des questions de genre dans les politiques publiques, destiné aux cadres du ministère des Postes et des Télécommunications. Selon les initiateurs, cette rencontre de trois jours a pour objectifs, entre autres, de travailler à la formulation d’indicateurs sensibles au genre.

Pour que les femmes et les populations puissent s’approprier les technologies de l’information et de la communication, et de participer de manière globale à l’effort de développement, Eugénie Rokhaya Aw pense qu’il est ‘’extrêmement important’’ que des localités qui ne sont pas connectées puissent l’être.

’’C’est par là que va se passer le développement en faisant des gens de véritables citoyens. Quand on fait une analyse de la relation homme-femme, leurs capacités d’accéder aux ressources, on se rend compte que les femmes ont encore du chemin à faire’’, a-elle fait remarquer.

Selon l’ancienne directrice du CESTI, ’’la mesure du succès des impacts que peuvent avoir les politiques publiques, au niveau du ministère des Postes et des Télécommunications, sera de permettre à ce que les ressources soient accessibles aux hommes et aux femmes’’.

Elle a plaidé pour l

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)