twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’île Maurice a sollicité l’aide de l’ICANN pour résoudre le conflit autour de son nom de domaine

lundi 9 mai 2016

Lors du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), tenu du 02 au 06 mai 2016 à Genève en Suisse, Etienne Sinatambou (photo), le ministre mauricien de la technologie, de la communication et de l’innovation, a rencontré Akram Atalah, le président de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN). Le représentant du gouvernement mauricien a sollicité l’aide de l’organisme international qui gère les adresses internet pour la résolution du conflit autour du nom de domaine national le « .mu ».

En effet, le gouvernement mauricien voudrait rentrer en possession de son nom de domaine. Mais l’actuel propriétaire, Yann Kwok, le directeur de la firme Internet Direct Limited, réclame à l’Etat la somme de 20 millions de dollars américains, soit plus de 800 millions de roupies, dans lesquels sont inclus des arriérés d’utilisation du nom de domaine « .mu » par le gouvernement. D’après defimedia.info, les tensions entre l’Etat et Internet Direct Limited autour du .mu perdurent depuis 1999. En 2014, suite à un énième désaccord entre les deux parties, Internet Direct Limited avait désactivé le nom de domaine national. Conséquence, l’ensemble des sites web du gouvernement avaient été inaccessibles durant plusieurs jours. Le National Computer Board avait alors dû transférer tous ces sites vers le « govmu.org ».

Akram Atalah, le président de l’ICANN, a déclaré que la situation actuelle que traverse l’île « porte préjudice à la réputation de Maurice comme pays respecté dans le domaine des TIC ». Il a rassuré le ministre Etienne Sinatambou du soutien de l’ICANN dans les démarches mauriciennes pour résoudre une fois pour toutes ce problème.

(Source : Agence Ecofin, 9 mai 2016)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)