twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’économie africaine à l’ère de la mondialisation Quelques observations d’un non-initié intéressé par la cause africaine

mercredi 20 août 2008

Comment bâtir une Silicon Valley en Afrique ? Une politique d’innovation efficace facilite la sérendipité

Dans le supplément ‘Innovation’ de ‘The Economist’ du 7 octobre 2007 (The fading luster of clusters), des opposants à la politique des grappes fustigent les investissements dans un nombre limité de ‘zones d’innovation spécifiques’ ou ‘grappes sectorielles gagnantes’, estimant qu’il s’agit de ‘recettes fiscales gaspillées’. Ils soulignent également que ‘‘ce ne sont pas des régions qui se font concurrence, mais des entreprises’’ et que ‘‘plus d’argent endort.’’ Ces opposants soutiennent que seuls les entrepreneurs prenant des risques peuvent poser les jalons de la réussite future. ‘‘Comment garantir le succès futur si nous continuons de nous concentrer sur des points forts actuels ? La sélection de ‘lauréats’ va à l’encontre du caractère imprévisible du succès futur. Le succès fait souvent suite à des périodes de crise’’, poursuivent-ils.

Empêcher l’émergence de nouveaux acteurs et de PME

Ou encore : ‘‘Pourquoi le contribuable doit-il privilégier des activités déjà lucratives et, par la même occasion, empêcher l’émergence de nouvelles visions et nouveaux acteurs ? Qui dit ‘intervention des autorités’ dit ‘tracasseries administratives’, ‘retards’ et ‘frustrations’.’’ Les défenseurs des ‘grappes’ insistent sur le fait que, pour sélectionner les zones d’innovation spécifiques, l’UE doit faire appel à un conseil d’experts-délégués de l’industrie. Or, les PME n’ont pas le temps de siéger au sein de commissions, elles se concentrent à temps plein sur leurs produits et leurs clients. Conclusion : l’apport créatif des petites entreprises, proches du marché, fait défaut.

La sérendipité : l’ouverture à l’imprévisibilité

Le message des défenseurs est très ‘pro-européen’, très ‘nationaliste’, très ‘traditionnel’. Aujourd’hui - à l’ère de la mondialisation - l’innovation, longtemps réservée à une élite technocrate, se démocratise et peut puiser dans un réservoir de connaissances immense, constitué par des personnes aux quatre coins de la Terre. Dès lors, des chercheurs de l’université d’Amsterdam avancent qu’une politique d’innovation de qualité doit viser l’ouverture et la diversité : l’ouverture à l’imprévisibilité du processus d’innovation, à la coopération avec autrui, de préférence à une distance cognitive fructueuse (multisectorielle), l’ouverture aux nouvelles introductions et au monde extérieur. Au lieu de sélectionner à l’avance des domaines clés ou prioritaires, les politiques d’innovation efficaces facilitent surtout la sérendipité, des processus sources de surprises.

Un chef d’orchestre ‘entrepreneur et avide’

A l’ère de la mondialisation, tant les grappes sectorielles que les grappes géographiques sont prises de vitesse par les alliances ‘ouvertes’, ‘fixes-souples’, entre des PME-PMI : les écosystèmes PME-PMI d’innovation multisectoriels et internationaux. Aucun gouvernement (Singapour, Dubaï, Cambridge-Angleterre, France, Belgique) n’est parvenu à copier l’écosystème - fondé sur le risque et l’entrepreneuriat international - de la Silicon Valley et des pays scandinaves. Ce sont les alliances interentreprises, multisectorielles et internationales, placées sous la direction d’un chef d’orchestre ‘entrepreneur et avide’, qui introduisent rapidement, sur les marchés internationaux, de nouveaux produits et/ou services. Ce sont elles qui parviendront à rendre la PME-PMI africaine plus grande qu’elle n’est. Ce sont elles aussi qui font progresser l’économie et sont pourvoyeuses d’emploi.

Le rôle des autorités

Dans une économie mondiale définitivement mise en réseau, le rôle des autorités se limite donc à garantir un vivier (à travers l’enseignement, les soins de santé, etc.) à partir duquel les entreprises locales peuvent progresser et devenir des acteurs mondiaux. Ces autorités peuvent, toutefois, lancer des projets spécifiques avec un besoin sociétal local clair et peuvent spéculer sur le fait que les entreprises locales rentabiliseront également les connaissances accumulées à l’étranger. eHealth, le projet belge de partage de dossiers médicaux électroniques, l’illustre. Des gouvernements du monde entier recherchent des moyens pour réduire les frais liés aux soins de santé. Les autorités européennes se doivent donc de créer une infrastructure ‘permettant à des milliers d’acteurs de s’épanouir’ et, éventuellement, - comme en Belgique avec ‘eHealth’ - d’accélérer l’implémentation d’un grand projet d’intérêt général.

Par le passé, l’innovation consistait à exploiter les économies d’échelle et les connaissances. Les activités innovantes étaient étroitement contrôlées au sein de grandes sociétés. Aujourd’hui, l’innovation met l’accent sur l’interconnexion, la flexibilité et la décentralisation de la recherche et du développement. En s’appuyant sur une diversification de la recherche ainsi que sur des réseaux de collaboration ouverts et interdisciplinaires.

Karel Uyttendaele
Ancien chef de cabinet du Secrétaire d’Etat à l’Informatisation de l’Etat belge
Ex-directeur d’Agoria (fédération belge de l’industrie technologique) et de Hewlett-Packard
karel.uyttendaele@yahoo.fr

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)