twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’école des TIC : Un passage efficace pour la lutte contre la pauvreté

samedi 2 juillet 2005

Réduire la pauvreté en milieu rural et donner aux acteurs à la base les outils d’une prise en charge réelle de leurs problèmes de développement dans les domaines de la santé, de l’éducation et des activités génératrices de revenus, voilà l’objectif du Projet des Centres multimédia communautaires. Une initiative diligentée dans trois pays pilotes ; Mali, Mozambique, Sénégal et qui combine radio communautaire et nouvelles technologies de l’information et de la communication au service du mieux-être des populations rurales.

Lancé en décembre 2003, à Genève lors de la première phase du Sommet mondial sur la société de l’information (Smsi le projet de passage à grande échelle des Centres multimédia communautaires (Cmc) vient d’entrer dans sa phase active au Sénégal. Après la signature du Plan d’opération (Octobre 2004) ainsi, l’organisation d’une session de formation sur le concept de Cmc a permis à l’antenne locale de l’Unesco de réunir à Dakar pour une dizaine de jours quelque 24 volontaires venant des zones d’implantation ciblées.Parmi celles-ci, Goudiri (Tambacounda), Diobé (Kolda), Ranérou (Matam), Thiès (Louga), Khombole (Thiès) et Sébikotane (Dakar). Objectif : améliorer par le biais de la formation les connaissances des volontaires en informatique, en radiodiffusion, en animation, en gestion administrative et technique des Centres communautaires.

Initiative de l’Unesco et du gouvernement du Sénégal, sur appui de la coopération Suisse pour le développement, le projet des Centres multimédias communautaires entend installer en deux années un réseau de 20 sites pilotes dans les zones rurales pauvres et périurbaines du territoire national. Les objectifs visés sont notamment d’aider les populations de ces localités à utiliser les moyens de communication modernes et anciens pour réduire la fracture numérique et mettre à profit ces outils au service de la lutte contre la pauvreté et de la résolution des problèmes de développement auxquels elles sont confrontées dans les domaines respectifs de la santé, de l’éducation, de l’entrepreunariat, de l’économie, de l’hygiène etc. Toutes choses que Mme Fatoumata Sow, la coordonnatrice du Projet résume en ces termes : « l’initiative CMC vise à un renforcement des capacités locales pour donner aux acteurs locaux les compétences qui leur permettent de pouvoir elles-mêmes se prendre en charge et d’être autonomes sur tous les plans, y compris celui de la communication. » Avant d’ajouter avec tact que « les centres multimédia communautaires sont des outils qui participeront à la démocratisation de la communication et qui, en donnant aux communautés locales le droit à la parole, permettront à celles-ci de ne pas être des citoyens de seconde zone ou en marge de l’évolution de nos sociétés. »

La radio communautaire et les Tic combinées

Plate-forme qui intègre dans le même espace la radio et les nouvelles technologies de l’information et la communication conçues et utilisées de manière communautaire, le projet Centres multimédia communautaires cible surtout les populations pauvres, isolées, analphabètes, les groupes de jeunes, de femmes et de producteurs dans les divers secteurs de l’activité économique. Son originalité qui réside selon toujours Fatoumata Sow dans « cette combinaison de l’ancien, la radio communautaire, et du nouvel outil qu’est l’Internet » cherche à faciliter l’ouverture de nouveaux champs de développement aux populations. D’autant que celles-ci bénéficieront grâce aux Centres de la possibilité de s’informer, d’avoir accès aux Tic, de produire et de diffuser des informations et des supports communicationnels, de se former, de travailler, voire de développer des partenariats et même des revenus. Tout cela grâce à l’utilisation de la radio et le recours aux équipements disponibles dans la partie télécentre (téléphone, fax, photocopieuses, scanner, appareil photo numérique...) Toutefois pour viabiliser l’initiative Cmc, une formation de base touchant la problématique de la gestion, de la technique, de la maintenance et de la durabilité est envisagée en appoint en direction des radios communautaires. Objectif : répondre de manière pragmatique aux difficultés récurrentes de fonctionnement de ces dernières.

Moctar DIENG

(Source : Sud Quotidien, 2 juillet 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)