twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’association des utilisateurs des TIC dénoncent le pilotage à vue du gouvernement de l’état sénégalais

mercredi 16 décembre 2015

L’Association sénégalaise des utilisateurs des TIC (ASUTIC) est montée au créneau pour fustiger le manque de « stratégie nationale de développement des TIC depuis 2012 », suite au classement du pays à la 132e place sur 167 pays par le Rapport 2015 de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

Dans un communiqué, l’Asutic qui impute la responsabilité de la régression du pays au gouvernement exhorte celui-ci à utiliser les TIC comme un levier de développement du Sénégal.

Le Sénégal poursuit sa descente aux enfers dans le domaine des Technologies de l’information et de la communication (TIC). En effet, après avoir été classé 125ème en 2011, le pays est classé 132ème sur 167 pays cette année.

C’est ce que révèle le rapport 2015 de L’Union internationale des télécommunications (UIT) sur l’état de développement par pays des TIC.

Un classement réalisé sur la base de l’indice de développement des TIC (IDI), qui se base sur le nombre d’abonnements au cellulaire mobile, le nombre de ménages ayant un ordinateur, le nombre d’internautes, le nombre d’abonnements à l’Internet fixe large bande et mobile large bande et le taux d’alphabétisation.

Non content des mauvais résultats qu’enregistre le Sénégal, cela depuis l’accession du président de la République Macky Sall, l’Association sénégalaise des utilisateurs des TIC au Sénégal (ASUTIC) a tapé du point sur la table, pour fustiger le « pilotage à vue » de l’actuel régime, concernant le développement des TIC. Dans une note transmise à la presse, l’ASUTIC déplore la régression du pays depuis 2010.

Comme responsable de ces mauvaises performances du Sénégal, l’ASUTIC pointe d’un doigt accusateur le ministère des Postes et Télécommunications qui, selon elle, fait dans la « politique de pilotage à vue, caractérisée par des errements, des tâtonnements et des annonces de projets épars sans aucune cohérence ».

Pour y remédier, l’association exhorte le gouvernement à utiliser les TIC comme un levier de développement du Sénégal en créant les conditions pour l’émergence d’une véritable industrie des nouvelles technologies.

Mieux, elle invite le régime en place à « travailler dans les plus brefs délais sur la formulation d’une politique sectorielle TIC dans une démarche inclusive, itérative et transparente ».

v

(Source : Dakar Echo, 16 décembre 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)