twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’affaire Global voice, une nébuleuse pour deux régimes : Que cache le retour de GVG ?

lundi 3 février 2014

L’interrogation qui s’échange un peu partout, notamment dans le milieu névralgique des télécoms est la suivante : Mais que cache le retour de Global Voice ? Pour rappel , cette nébuleuse autour de la gestion de la surtaxe sur les appels entrants au Sénégal avait fait couler beaucoup d’encre et de salive sous Abdoulaye Wade .

La signature du contrat, faite en toute illégalité de procédure par l’ARTP, autorisant GVG à appliquer une surtaxe sur les appels entrants au Sénégal revient de plus belle. En effet, nous tenons de bonnes sources ce "come back" (retour) de GVG. Faudrait-il rappeler que l’ARMP avait cassé ce contrat de gré-à-gré sans appel d’offre établi au préalable. L’on se rappelle également de ce mail confidentiel entre les responsables de l’ARTP et GVG, et qui avait fini sur la place publique. Le fameux mail était publié par la Gazette (num75 du 09 au 16 sept 2010). Ce mail dans lequel, le Big Manitou, en l’occurrence Laurent Lamotte disait qu’il allait fermer boutique jusqu’à nouvel ordre.

Il s’en est suivi alors une levée de boucliers. Certains de ses collaborateurs, notamment ceux qui ont eu à occuper de hautes responsabilités avaient rué dans les brancards dénonçant tantôt "un isolement", tantôt "une mise en quarantaine", entre autres frustrations. Par la suite, il était question d’un soit disant remboursement que l’État du Sénégal devrait faire en faveur de Global Voice à hauteur de milliards de nos francs. Ce que la Sonatel avait jugé faramineux, car les même équipements pouvaient être fournis par la Sonatel elle-même moyennant le ¼ de ce que GVG avait facturé : 10 à 14 milliards FCFA.

Après la défaite de Wade, ce fut l’abrogation de cette surtaxe par l’actuel régime (engagement de campagne du candidat Macky Sall). Mais aujourd’hui, nous tenons de sources concordantes que ce contrat refait surface. D’ailleurs, certains responsables de GVG ne cessent de faire la navette au Sénégal aux fins de tailler bavette avec certaines autorités de l’Establishment dont nous tairons délibérément les noms pour le moment. En somme, le fil du dialogue est renoué, loin des indiscrets. D’ailleurs, certains pontes de l’ARTP sont conviés à l’étranger. A quelles fins ? Sous quel critère GVG est revenue ? Quel est leur alibi ? L’Etat qui est censé être une continuité a-t-elle cessé de fonctionner sur ce sujet ou des gens ont-ils sciemment fermés leurs yeux pour faire revenir ce contrat ? Nous vous promettons d’y revenir avec une ébauche de détails !

(Source : Dakar Actu, 3 février 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)