twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’admirable combat des travailleurs de la SONATEL

mardi 22 mars 2016

Le Syndicat des Travailleurs de la Sonatel (SYTS) se bat pour que la société garde son identité sénégalaise. Les syndicalistes dénoncent les tentatives sournoises de délocalisation éventuelle d’activités de la Sonatel (Société nationale des télécommunications) vers des filiales de France Télécom. Une fois accomplie, ce processus consiste à transférer des activités de supervision réseau et de services à la clientèle à un centre de compétence, en partage avec 8 autres pays.

Le groupe Sonatel qui comprend des filiales au Mali, en Guinée et en Guinée-Bissau, a réalisé un bénéfice net consolidé de 218 milliards FCFA en fin d’exercice 2014. Une clause de préemption signée entre l’État du Sénégal et France Telecom en 1997 accorde à la multinationale française la priorité dans la vente de toute action de la Sonatel. Étant donné que 25% des actions flottent en bourse, il y a lieu de craindre que France Télécom devienne finalement majoritaire et fasse de ce fleuron de l’économique sénégalaise une simple filiale.

Il est incompréhensible que France Télécom, ne détenant que 42% des actions (donc partenaire), exerce une si grande influence sur le devenir de la boite. À tort, la majorité des sénégalais assimilent cette boite à une multinationale (propriétaire de Sonatel). Dans la lutte engagée par le SYTS, la question de la souveraineté économique témoigne de leur engagement patriotique qui se distingue carrément des doléances corporatives habituelles des regroupements de travailleurs.

Le SYTS se bat pour que la Sonatel ne soit pas abandonnée au capital étranger avant le renouvellement de la concession, prévue en 2017. La société de télécommunication contribue à hauteur de 12,5% du Produit intérieur brut (PIB) dans l’économie nationale et joue également un rôle stratégique dans la sécurité nationale, la protection des données personnelles et le fonctionnement des services administratifs et sociaux de base.

Les assurances d’Abdou Karim Mbengue, Directeur de la communication, à l’effet que les emplois ne sont pas menacés ne donnent aucune garantie sur la conservation de l’identitaire sénégalaise des activités d’exploitation. Dans le projet d’externalisation, la mise en place d’un centre commun d’exploitation de réseau en mode BOT (Build Operate and transfert) est prévu sur trois à cinq ans. Ensuite, le transfert se fera aux « filiales utilisatrices », dit la direction. Ainsi, l’hypothétique filiale utilisatrice repreneuse peut être n’importe quel démembrement de France Télécom. C’est à ce niveau que la perte de contrôle par la Sonatel de secteurs clés est à craindre.

Birame Ndiaye

(Source : SenécoPlus, 22 mars 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)