twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Union européenne va rejeter l’option du suivi des personnes via leurs smartphones pour gérer l’après-confinement

samedi 4 avril 2020

Thierry Breton, le Commissaire européen pour le Marché intérieur a assuré dans la matinale de France Inter que « traquer » les Européens n’était pas l’ordre du jour, nous informe 01net. « Je ne pense pas que cela se mettra en oeuvre en Europe. Ce n’est pas dans notre culture. » Pour l’instant, il a seulement été demandé par la Commission qu’un « opérateur par pays fournisse » les données sanitaires liées à la crise du Covid-19 afin de vérifier que le « confinement est bien respecté », de pouvoir « gérer les stocks » et « anticiper les pics » dans les hôpitaux européens.

Les supports technologiques pour l’instant ne sont néanmoins pas exclus de la discussion. En visioconférence avec les eurodéputés, le 2 avril, le Commissaire a insisté sur la solidarité – maître mot de ses interventions. Thierry Breton a rappelé que tous les moyens technologiques et scientifiques sont mobilisés pour répondre à la crise : « Des robots pour nettoyer les hôpitaux », « des intelligences artificielles pour modéliser le génome du virus » ou encore « mettre en commun les recherches pour trouver un vaccin ».

Pourtant, les initiatives privées fleurissent. D’après Reuters, un consortium de scientifiques européens s’est constitué le 31 mars. Le Pan-European Privacy Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT) rassemble 130 chercheurs de huit pays différents pour développer des applications qui aideraient à lutter contre la propagation du Covid-19.

Selon le site de l’organisation constituée en société sans but lucratif en Suisse, « le PEPP-PT a été créé pour apporter une solution à cette crise qui respecte les lois et principes européens forts en matière de protection de la vie privée et des données ». L’idée est « maximiser » les possibilités technologiques tout en « protégeant entièrement la vie privée » et d’en faire profiter « tous les pays ».

Gaëlle Massang

(Source : Digital Business Africa, 4 avril 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)