twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Industrie des télécoms reconnait l’importance de la bande C en Afrique

lundi 29 septembre 2014

De nouvelles recherches ont révélé que les services par satellite offerts par le spectre en bande C devraient stimuler le développement socio-économique en Afrique. L’étude, qui a été menée par le Cabinet international de conseil Euroconsult et commandé par l’Agence spatiale européenne, affirme que les efforts de l’industrie des télécommunications sans fil pour générer des quantités massives de spectre supplémentaire, affaibliraient les économies africaines et constitueraient une menace pour le bon fonctionnement des services satellitaires clés à travers le continent.

Le rapport note que les communications en bande C bénéficient de deux caractéristiques physiques déterminantes dans l’environnement africain : la résistance au rideau de pluie et la disponibilité des faisceaux larges.

Dans le cadre de l’étude, Euroconsult a ainsi examiné trois marchés représentatifs des diverses économies du sud, de l’ouest et du centre de l’Afrique. Les résultats montrent qu’en plus des millions de consommateurs qui dépendent de la télévision en bande C, les secteurs de la communication sans fil, la banque, la finance, de l’énergie, de l’aviation civile et d’administration étaient particulièrement dépendants des réseaux satellitaires utilisant le spectre en bande C, qui est apprécié pour sa fiabilité et la portée de la couverture.

Les communications en bande C sont présentées par les sociétés de télécommunications sans fil dans les pays développés comme étant d’une moindre importance, mais ce n’est manifestement pas le cas en Afrique, dans la plupart de l’Asie, où les conditions sont fondamentalement différentes de celui de la Corée du Sud, le Japon et la Suède.

L’étude a également révélé que le Nigeria, la RDC et l’Angola ont récemment enregistré une augmentation des investissements qui a contribué à une relance de leurs économies notamment le segment bancaire. La connectivité satellitaire en bande C facilite l’ouverture de nouvelles succursales. Cela favorise l’inclusion bancaire en donnant accès à des services bancaires pour des millions de clients existants et nouveaux. L’utilisation de la capacité en bande C pour la distribution vidéo et les liaisons de contribution sera également très important pour le déploiement de la télévision numérique terrestre (TNT), qui devrait s’accentuer lors des prochaines années au sein de l’Afrique.

(Source : Afrique ITnews, 29 septembre 2014)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)