twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Etat ivoirien réussira-t-il à tondre l’herbe sous le nez des brouteurs ?

dimanche 19 janvier 2014

La Côte d’Ivoire pourrait de se voir attribuer le titre de capitale des brouteurs, plus connus ailleurs comme des Cybercriminels.

« Lorsque nous discutons avec nos collègues d’autres pays, nous notons qu’aucun d’eux n’ont reçu autant de plaintes que nous » a annoncé Stephane Konan, chef de la Plateforme de Lutte contre la Cybercriminalité (PLCC) a un reporter de BBC.

Quand on sait, comme l’annonce le média britannique, que ces arnaqueurs peuvent toucher jusqu’à 6 000 000 Fcfa par mois, soit plus de 100 fois le salaire moyen ivoirien, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi le business de l’arnaque en ligne y est florissant.

Ces hors-la-loi 2.0 ont en moyenne 16 ou 17 ans et ont déjà soutiré plus de 15 millions de dollars à des victimes principalement localisées en France, en Côte d’Ivoire, en Belgique ou au Canada.

africa 277x300 LEtat ivoirien réussira t il à tondre l’herbe sous le nez des brouteurs ?La Côte d’Ivoire a pris la décision de régler le problème en lançant, il y a deux ans, la PLCC qui est la première cellule de son genre sur le continent africain. 100 arrestations ont eu lieu durant l’année passée et la loi contre la cyber-criminalité, votée en mai dernier qui promet jusqu’à 20 ans de prison aux personnes jugées coupables, devrait servir à décourager des jeunes sans emplois qui seraient tentés de se lancer dans le broutage.

D’autres initiatives servant à sécuriser la toile africaine devraient voir le jour dans le reste du continent durant les années à venir. Déjà, le Nigeria, longtemps considéré comme le vivier des malfrats du web, a tenté de régler le problème en imposant aux personnes fréquentant les cybercafés de présenter leurs cartes d’identité au gérant dans l’objectif d’avoir une traçabilité. Au Kenya, une cellule semblable à celle qui a été lancée en Côte d’Ivoire devrait bientôt voir le jour selon les dires du directeur des poursuites pénales Keriako Tobiko.

« Tant que les états africains n’offriront pas de chemins de sortie adéquats pour les jeunes africains sans emploi, ils seront toujours tentés de s’adonner à des activités illégales. » a présagé M Hill Stephen expert en Cyber-sécurité. Il soutient que toutes ces actions ne serviront à rien si les gouvernements ne proposent pas des solutions aux forts taux de chômage chez les jeunes sur le continent africain. « Avant, ces jeunes étaient dans les rues avec des canifs, aujourd’hui ils sont derrière des écrans d’ordinateurs avec des webcams ».

(Source : Afrique ITnews, 19 janvier 2014)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)