twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Etat et l’entreprise Atos se « connectent » pour faire du pays un hub technologique

vendredi 24 juin 2016

L’inauguration du centre numérique de services Atos s’est déroulée, hier, sous la présidence du chef de l’Etat. Lors de cette manifestation, le Président Macky Sall a salué cette initiative qui, selon lui, contribuera à faire de Dakar un hub sous-régional en matière de technologie numérique. Il a rappelé sa volonté à accompagner la stratégie de développement du groupe, qui emploie déjà près de 250 ingénieurs au Sénégal. Il a décidé de lui attribuer 6 hectares à Diamniadio pour l’édification d’un autre centre numérique.

Le président de la République Macky Sall a procédé, hier, à l’inauguration du centre numérique de services Atos en Afrique de l’Ouest. Selon les responsables de la multinationale française, ce nouveau centre du groupe français Atos, spécialisé dans les technologies numériques (super calculateur, biométrie, sécurité informatique, logiciels informatiques) veut faire du Sénégal une plateforme capable d’impulser le développement du numérique en Afrique de l’Ouest. Pour Thierry Breton, Président directeur général d’Atos, cette structure qui accueille 250 ingénieurs venant principalement du Sénégal et de la diaspora, va permettre d’offrir des perspectives d’emplois et de carrières pour les jeunes africains. « Le but de ce projet est de renforcer la présence d’Atos au Sénégal, où sa filiale Bull est déjà installée depuis 50 ans. Par ailleurs, nous voulons développer à Dakar, notre centre de compétence de ressources informatiques pour toute la sous-région. Nous voulons aussi offrir des services informatiques depuis le Sénégal à diverses parties du monde. Le groupe Atos entend par ailleurs offrir à de jeunes africains des possibilités d’une carrière internationale sur le continent », affirme-t-il. Pour l’ancien ministre français de l’Economie et des Finances, la politique du groupe Atos est de donner sa chance à cette jeunesse africaine bien formée et désireuse d’innovation. « L’Afrique a toute sa place dans le monde du numérique. Nous voulons recruter plus de 2000 ingénieurs à l’horizon 2020. Sur ce, nous entendons nouer des partenariats avec des instituts et des écoles de formation sénégalaises pour amener le maximum de jeunes à intégrer les filières technologiques », déclare le président d’Atos. Prenant la parole, le président de la République a salué cette initiative qui, d’après lui, va faire de Dakar un hub numérique régional incontournable en Afrique. « Ce centre dédié à la production de services informatiques va contribuer de manière significative dans le processus de transformation numérique de notre pays. Un élément important du Pse qui vise, entre autres, à améliorer la compétitivité de notre économie. Ce projet d’Atos vient à point nommé pour le lancement du Sénégal numérique dont les plans d’action vont être bientôt validés », déclare-t-il.

Conditions d’attribution du foncier à Diamniadio pour les entreprises

Avant d’ajouter : « cette nouvelle stratégie développée par votre groupe s’inscrit parfaitement dans notre vision du futur parc numérique de Diamniadio. J’avais dit aux chefs d’entreprise, lors du lancement des projets de deuxième génération de Diamniadio, que le foncier est à ceux qui le travaillent. Dans la perspective d’émergence de ce pôle, il est disponible pour ceux qui sont disposés à le mettre en valeur. Dans cette optique, nous avons décidé de valider l’option de 6 ha, pour vous permettre de construire votre centre dans cette ville », affirme le chef de l’Etat. Poursuivant son propos, le locataire du Palais rappelle la volonté de son gouvernement de poursuivre les efforts pour le développement des Tic au Sénégal avec le pôle numérique de Diamniadio. Dans la même lancée, il a exhorté le gouvernement à travailler avec des entreprises comme Atos afin de modifier les curricula de nos jeunes diplômés et de leur permettre d’intégrer les grandes multinationales de ce monde. « Il faut pour notre jeunesse un enseignement scientifique au regard des nouvelles orientations de l’enseignement supérieur. Par ailleurs, nous devons développer le système d’enseignement des mathématiques et des sciences. Nous continuerons certes, les autres enseignements, mais ils ne doivent pas être la base. L’une des raisons du chômage est l’inadaptation par rapport au marché de l’emploi. Aujourd’hui, il y a une perspective d’emploi très forte avec le numérique. Donc, il appartient aux universités et instituts de réorienter le mode d’enseignement et de collaborer avec les entreprises pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes », indique-t-il

Mamadou Makhfouse Ngom

(Source : L’As, 24 juin 2016)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)