twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Algérie sans Internet à cause du bac

dimanche 19 juin 2016

Depuis samedi, 20h, l’Algérie connaît une coupure d’Internet sans précédent en raison des nombreuses fraudes qui ont entaché la première session des épreuves du baccalauréat, début juin.LP/Archives A Alger (Algérie), notre correspondante Claire Estagnasié InternationalAlgérieVirtual Private Network

Comme une punition électronique. Depuis samedi, 20h, l’Algérie connaît une coupure d’Internet sans précédent. Un black-out décidé par le ministère des Postes et télécommunications, en raison des nombreuses fraudes qui ont entaché la première session des épreuves du baccalauréat, début juin. Alors que lycéens doivent en repasser certaines en ce début de semaine, c’est donc une méthode radicale qui a été adoptée pour tenter de contrer les tricheurs.

Initialement, entre le 29 mai et le 2 juin, les réseaux sociaux ont été le réceptacle de nombreuses fuites de sujets d’examen. La ministre de l’éducation, Noria Benghebrit, a donc décidé de refaire passer la quasi-totalité des épreuves aux candidats des sections scientifiques, et certaines matières aux lycéens des filières langues, éco-gestion et maths techniques, soit au total près de 38% des candidats. « Ce n’est pas la première fois qu’il y a des fraudes, mais avec les réseaux sociaux, le phénomène a pris une ampleur sans précédent cette année », raconte Rania, en terminale langues. « Mais la rumeur dit que c’est le gouvernement lui même qui a fait fuiter les sujets, pour jeter le discrédit sur la ministre de l’éducation », nuance Amazigh, l’un de ses camarades.

Google et... Tinder ne sont pas épargnés

Quoiqu’il en soit, l’accès aux réseaux sociaux - Facebook, Twitter, Instagram - a été purement et simplement coupé pendant les horaires d’examens, sans qu’aucune communication ne soit faite sur le sujet. Même le site de rencontre Tinder n’a pas été épargné. Mais en réalité, c’est tout le réseau Internet qui est perturbé depuis hier, et ce vraisemblablement jusqu’à la fin de ces épreuves partielles du bac, lesquelles s’achèveront jeudi. L’ADSL, pour les ordinateurs fixes, comme la 3G pour les portables, sont concernés. Certains sites comme Google, et sa messagerie Gmail, sont également inaccessibles.

Autant dire que pour l’économie du pays, qui tournait déjà au ralenti depuis le début du Ramadan, l’impact est sérieux. Ironie du sort, ce sont les entreprises et start-up qui sont le plus pénalisées par cette censure provisoire. Les jeunes, nés à l’ère du digital, ont rapidement su trouver des parades, notamment en téléchargeant des VPN (Virtual Private Network), des systèmes permettant de créer un lien direct entre des ordinateurs distants et de se connecter via une adresse IP située à l’étranger.

« Sauf que même avec un VPN, j’ai du mal à me connecter », peste Esméralda, une blogueuse. Face à la grogne générale et à la relative inefficacité de la mesure, le gouvernement pourrait toutefois revoir sa copie, et faire machine arrière.

(Source : Le Parisien, 19 juin 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)