twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Afrique ne doit pas rater le train de la révolution du numérique, selon la directrice de Diasporas Noires

dimanche 12 juin 2016

Le continent africain ne doit pas rater le train de la révolution du numérique », a affirmé samedi à Dakar Mme Hulo Guillabert Directrice et fondatrice de la maison d’édition numérique Diasporas Noires basée à Dakar

Elle animait une conférence sur le thème « L’édition numérique… Et nos bibliothèques ne brûleront plus », entrant dans le cadre des Samedis de l’économie, une rencontre mensuelle de réflexion et de débats sur l’économie organisée par la Fondation Rosa Luxemburg et ARCADE.

« Le numérique est une opportunité pour l’Afrique parce que c’est une technologie qui n’est pas chère »,a ajouté Mme Guillabert. Selon elle, n’importe quel jeune qui a des difficultés pour entrer dans le marché du travail, peut créer son site internet avec un objectif marchand. « J’ai récemment visiter le site d’un jeune Sénégalais qui vend sur internet des légumes », a laissé entendre Mme Guillabert. Dans la même mouvance, elle est d’avis qu’il est aussi possible pour les jeunes africains de créer des sites d’informations ciblées. « Moi, j’ai créé la revue des bonnes nouvelles d’Afrique », avance encore Mme Guillabert.

Selon elle, pour développer l’économie du numérique en Afrique, il faudrait que les Africains puissent payer par internet avec des moyens très usités ailleurs. « La carte de crédit qui est très répandue en Europe, ne l’est pas ici », affirme la directrice de Diasporas Noires. Elle a également préconisé le recours à des liseuses (qui sont en quelque sorte des tablettes sur lesquelles on peut mettre jusqu’à 100 livres numériques) pas chères dédiées à la lecture avec un certain nombre de conforts.

« Mais, reconnait Mme Guillabert, l’édition numérique ne marche pas encore en Afrique parce que les gens ne lisent pas beaucoup ». Par contre, s’empresse-t-elle d’ajouter, il y a toute une clientèle de la diaspora vivant en Occident qui commande ses livres numériques.

De l’avis de Mme Guillabert, le numérique doit être une priorité pour les gouvernants africain afin de lever les écueils de l’édition numérique. Pour ce faire, elle estime qu’il faut développer tout un ensemble d’infrastructures en Afrique.

El Hadj Diakhaté

(Source : Le Journal de l’économie sénégalaise, 12 juin 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)