twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Afrique en danger face aux déchets électroniques

lundi 2 février 2015

D’après une étude menée par la Commission européenne et l’ONU, l’Afrique de l’Ouest serait devenue au fil des années une des destinations principales pour les vieux ordinateurs et autres appareils électroniques obsolètes.

Cette situation a été renforcée par le fait que la plupart des pays d’Afrique de l’Est et Australe ont adopté des mesures drastiques pour empêcher le dumping des déchets électroniques. Pour étayer les résultats publiés par les deux entités sus citées, l’entreprise suédoise de télécommunications Ericsson affirme que par rapport aux autres régions du continent, l’Afrique de l’Ouest est plus affectée par les e-déchets. N’ayant pas d’installations de recyclage des e-déchets, la plupart des pays d’Afrique se sont retrouvés dans un processus d’élimination imprudente de produits électroniques.

D’après l’étude, le Ghana, le Bénin, la Côte-d’Ivoire, le Nigeria et le Liberia seraient les pays les plus touchés en Afrique de l’Ouest. En 2012, le Ghana avait prévu d’interdire les importations de climatiseurs, téléviseurs réfrigérateurs déjà utilisés, mais cette décision n’a jamais été appliquée.

Une élimination mal contrôlée des déchets électroniques peut causer d’importants risques pour la santé et l’environnement. Les e-déchets contiennent en général des substances dangereuses qui peuvent perturber le système endocrinien entres autres conséquences.

Une grande partie du recyclage des déchets électroniques en Afrique se fait de manière informelle dans des décharges non contrôlées. Le problème est que la plupart des pays africains n’ont pas encore de politiques concernant les e-déchets.

Sur le continent, seulement quelques pays, dont la Zambie et l’Ouganda, ont réussi à imposer une interdiction des importations des produits électroniques contrefaits et ceux dont le cycle de vie est de courte durée.

(Source : Afrique ITnews, 2 février 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)