twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Afrique doit participer à la gestion des ressources d’Internet. entretien avec Malick Ndiaye, Ingénieur en informatique, intelligence artificielle et robotique, Ingénieur en informatique, intelligence artificielle et robotique, Dakar (Sénégal)

samedi 29 août 1998

image 200 x 200

L’un des débats qui animent l’actualité autour d’Internet au cours de ces derniers mois est la mise en place de la nouvelle structure chargée de gérer les noms de domaine et les adresses IP dans l’intérêt de tous les acteurs de l’Internet.

Tout ordinateur du réseau Internet possède une adresse unique. Ces adresses sont gérées au niveau international. Chaque adresse est écrite sous forme de 4 nombres allant de 0 à 255 séparés par un point. Exemple : 206.155.163.211.

Devant la difficulté de retenir de tels nombres, il existe un mécanisme de conversion qui permet de transformer le nombre en un nom logique. Exemple : primature.sn, correspondant à l’adresse 207.50.228.162. Ce programme est appelé Domaine Name Server (DNS).

Il existe plus de 190 domaines nationaux, un domaine pour les organisations internationales (.int), et six domaines dits "génériques" pour désigner l’activité de son propriétaire plutôt que sa localisation géographique : .com pour les sites commerciaux, .org pour les organisations à but non lucratif, .net pour les organisations liées à Internet, Les trois derniers (.edu, .gov, et .mil) sont réservés à des sites américains éducatifs, gouvernementaux, et militaires.

La société Network Solution Inc (NSI), par un contrat qui le lie au gouvernement américain, détient le monopole de la gestion de l’enregistrement de ces noms de domaine, ce qui lui permet d’encaisser un pactole pour le nombre de transactions que cela représente. Ce contrat arrive à terme au printemps 1998, et une lutte acharnée s’est engagée entre le gouvernement américain et les Occidentaux sur le choix de la prochaine structure chargée de gérer les noms de domaines et les adresses IP.

Après plusieurs mois de polémique, le gouvernement américain a décidé de se décharger tout simplement du problème et se déclare prêt à remettre son autorité sur l’attribution des noms de domaines à un organisme privé international que la communauté des internautes doit mettre en place. Cette structure dénommée IANA (Internet Assigned Numbers Authority) aura en charge, la gestion des adresses IP et des noms de domaines.

La rencontre annuelle de l’Internet Society organisée cette année à Genève a d’ailleurs permis de débattre sur les attributions et la composition de cette nouvelle structure qui devra être mise en place dès septembre 1998

Elle se chargera d’allouer au plus haut niveau les blocs d’adresses IP à des organismes régionaux d’enregistrement en vue d’une redistribution aux organismes locaux d’enregistrement et aux fournisseurs d’accès

Chaque organisme régional en question s’occupe d’un continent sauf pour l’Afrique qui dépend tantôt de RIPE NCC (Réseaux IP Européens Network Coordination Centre) qui couvre l’Europe, l’Afrique du Nord et le la région du milieu Est, tantôt d’ARIN (American Registry for Internet Number) qui couvre l’Amérique du Nord et du Sud, l’Afrique sub-saharienne et la région des Caraïbes.

Concrètement, les adresses destinées à l’Afrique ne sont pas gérées par des Africains mais par des structures extérieures à qui elles ont été cédées gratuitement par l’ IANA.

La conférence mondiale d’Internet Society a permis aux Africains présents et particulièrement à la délégation sénégalaise, d’impulser la création d’une structure africaine non-gouvernementale chargée de gérer l’attribution des adresses IP en Afrique. Cette initiative, adoptée par tous les représentants, a été suivie par l’installation d’un comité de pilotage composé d’un représentant de chaque région en tenant compte des différentes langues. Notre compatriote Tidjane Seck de l’UCAD a été désigné comme l’un des deux coordinateurs du comité.

A l’heure de la mise en place d’une nouvelle structure qui va gérer l’une des ressources les plus convoitées à la veille du troisième millénaire, l’Afrique doit prendre sa place et se faire représenter pour la défense de ses intérêts.

Cette absence de notre continent dans les grandes organisations de gestion des ressources d’Internet se traduit aussi dans nos pays par un manque de stratégie cohérente face au développement d’Internet.

La participation de tous les acteurs confondus est à la base de l’évolution rapide du réseau et de ses services, d’un coté, les professionnels du métier de l’informatique et des télécommunications, et de l’autre les utilisateurs impulsent chacun à sa manière le développement d’Internet.

Il est important aujourd’hui que dans nos pays, les utilisateurs se regroupent en association pour veiller au respect de leur droit face aux fournisseurs d’accès, les structures de gestion des noms de domaine et exiger d’être informés sur l’état du réseau, les tarifs appliqués et les services disponibles. Il est encore plus urgent que tous les acteurs se mobilisent pour créer des structures affiliées aux organisations internationales telles que Internet Society et de participer aux réflexions organisées par les structures de normalisation et de gestion des ressources d’Internet.

Cette participation est d’autant plus facilitée par l’existence de groupes de travail virtuels et des forums de discussions sur Internet.

L’exemple de la création de cette nouvelle IANA qui s’est basée sur des discussions consensuelles à partir d’un site WEB mis en place montre une fois de plus les possibilités qu’offre Internet dans la lutte contre l’isolement.

(Le Soleil 29 août 1998)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)