twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Karim Wade et Thierno Ousmane Sy n’ont pas réclamé d’argent à Millicom, selon le PCA de Sentel/Tigo

lundi 26 avril 2010

Le président du Conseil d’administration de SENTEL/TIGO et administrateur du Groupe Millicom, Pape Abdoul Bâ, a affirmé que le ministre d’Etat Karim Wade et le conseiller spécial du président de la République aux TIC, Thierno Ousmane Sy n’ont pas réclamé, à leur profit, 200 millions de dollars aux dirigeants de Millicom lors d’une rencontre à Paris, en France.

Le PCA de SENTEL/TIGO qui a participé à toutes les négociations entre le gouvernement du Sénégal et Millicom, répondait ainsi à une sommation interpellative que lui a servie le 19 avril dernier, au nom du Ministre d’Etat Karim Wade, Me Mame Gnagna Seck Sèye, huissier de justice près la Cour d’Appel et le Tribunal régional de Dakar.

Selon cette sommation interpellative dont copie a été reçue à l’APS, M. Bâ qui représente les intérêts du Groupe Millicom a répondu ‘’non’’ à la question : ‘’le montant de 200 millions de dollars US ou un quelconque autre montant ont-t-ils été évoqués par le requérant (Karim Wade, NDLR) comme devant lui revenir à titre personnel ?’’.

Le journaliste Lawrence Delevingne avait, en février dernier, diffusé sur le site www.businessinsider.com un article accusant M. Wade, alors conseiller financier du chef de l’Etat, et Thierno Ousmane Sy, conseiller spécial du président de la République aux nouvelles technologies, de tentative de corruption en réclamant 200 millions de dollars US (90 milliards de FCFA) des dirigeants de Milicom/Sentel.

A la question de savoir si MM. Wade et Sy agissaient-ils à titre personnel ou au nom de l’Etat du Sénégal, M. Bâ a répondu : ‘’ils se sont présentés comme représentants le président de la République, donc de l’Etat du Sénégal’’.

M. Bâ avait auparavant indiqué dans ses réponses que la réunion de Paris avait enregistré la présence de MM. Wade et Sy du côté de l’Etat du Sénégal et du côté de Millicom de M. Mark Beuls, vice-président de Millicom et du requis Pape Abdou Bâ, président du Conseil d’administration de SENTEL/TIGO mais sans la présence des représentants de la banque Rothschild et du Cabinet Clifford Chance.

Le président du Conseil d’administration de SENTEL/TIGO a également répondu par la négative à la question de savoir si lors de ladite réunion, Karim Wade et Thierno Ousmane Sy ont réclamé au Groupe Millicom une quelconque somme ou un avantage à leur profit personnel.

Selon les réponses données par le patron de SENTEL/TIGO, MM. Wade et Sy n’ont ’’jamais réclamé à quelque autre moment que ce soit’’, à titre personnel, une somme ou un avantage quelconque au Groupe Millicom. Il a enfin indiqué qu’un tête-à-tête entre Karim Wade et Mark Beuls ou un autre représentant du Groupe Millicom n’a jamais eu lieu.

Le gouvernement sénégalais a jugé ’’inacceptables et totalement opaques’’ les conditions dans lesquelles SENTEL/TIGO avait, en juillet 1998, obtenu du gouvernement socialiste sa licence d’opérateur de téléphonie pour un montant total de 100.000 dollars américain (50 millions de FCFA).

Des responsables du Parti socialiste sénégalais avaient réagi en soutenant que les conditions dans lesquelles les opérations s’étaient déroulées étaient ’’transparentes et conformes’’ aux prix en cours à l’époque.

L’Etat du Sénégal, estimant cette somme ’’largement’’ en dessous de la valeur de cette licence a réclamé 200 millions de dollars (90 milliards de FCFA) à SENTEL/TIGO qui refuse de payer le montant d’où le différend entre les deux parties.

Le gouvernement du Sénégal justifie d’une part d’un tel montant par le fait d’autres pays africains ont cédé au même moment des licences dans des conditions de transparence à des prix beaucoup plus élevés et d’autre part il a vendu à travers d’un appel d’offres international sa troisième licence à 200 millions de dollars.

Il s’agit du Cameroun pour 74 millions de dollars US, du Kenya pour 50 millions de dollars, de la Cote d’Ivoire pour 54 millions de dollars, du Mali pour 62 millions de dollars, du Soudan pour 177 millions de dollars, du Maroc pour 1,1 milliard de dollars, et de l’Algérie pour 537 millions de dollars.

Le Groupe Millicom avait demandé aux sénateurs de Pennsylvanie, Arlen Specter, et de Californie Edward Royce pour qu’ils interviennent auprès de l’Administration du président Barack Obama afin qu’elle suspende les financements d’un montant total de 540 millions de dollars, soit 270 milliards de francs CFA du Millenium Challenge Corporation (MCC) en faveur du Sénégal.

Contacté depuis Dakar par l’APS, le conseiller juridique américain du Ministre d’Etat Karim Wade a confirmé l’initiation de poursuites judicaires contre le journaliste Lawrence Delevingne et tous les sites qui ont diffusé la nouvelle tout en n’excluant pas des poursuites de même nature contre les 2 Sénateurs américains ‘’qui ont fait preuve d’une légèreté inacoutumée’’.

(Source : APS, 26 avril 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)