twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet : une nouvelle solidarité ?

dimanche 21 septembre 2008

Parmi la multitude de débats, plus intéressants les uns que les autres qui ont lieu à la Maison de la Culture 2 de Grenoble à l’occasion de la seconde édition du Forum Libération, il n’est pas évident de faire un choix.

Malgré tout il a bien fallu que je me décide et je me suis donc orienté vers le « petit studio » pour assister au débat « Internet : Une nouvelle solidarité ? »

Débat « opposant » Jean Pouly, secrétaire général de l’Agence Mondiale de Solidarité Numérique et Olivier Sagna, maître de conférences à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar et secrétaire général de l’Observatoire sur les systèmes d’information, les réseaux et les inforoutes au Sénegal (Osiris).

Toute la problématique autour de ce thème réside dans le fait qu’aujourd’hui le chiffre d’affaire des technologies de l’information et de la communication avoisine les 3000 milliards de dollars par an et que les pays du Nord sont excellemment équipés alors que les pays du Sud, comme souvent, sont très loin derrière. Pourtant, ces TIC représenteraient environ 40% de la sacro sainte croissance mondiale.

Quelle est la situation dans les pays du Sud ? Comment partager ces équipements dans l’intérêt de tous ? Qu’est-ce qu’Internet peut apporter aux pays émergents ? Comment les aider à mettre en place des infrastructures très couteuses dans des contextes souvent délicats ?

Vaste programme donc.

Olivier Sagna nous a d’abord, en tant que spécialiste et résidant Sénégalais, dressé le tableau de la situation en Afrique à ce jour. Comme on pouvait s’y attendre, le désert numérique français qui ne concerne que de rares zones blanches (non desservies par les réseaux) n’est qu’un vulgaire bac à sable en comparaison au désert numérique Africain.

En effet, pour l’instant, Internet est disponible quasiment uniquement dans les capitales africaines, avec des faibles débits et à des prix faramineux si l’on se base sur le pouvoir d’achat local. Donc Internet est presque exclusivement réservé à l’élite et 90% des gens ne songent même pas à pouvoir l’obtenir.

A ceci plusieurs raisons, tout d’abord le manque d’enthousiasme des opérateurs privés (qui ne voient pas trop de retour sur investissement possible, donc qui ne font pas de zèle) et le manque de moyens des pouvoirs publics et des Agences censées financer des projets de mise en place d’infrastructure.

Il ne faut oublier non plus, que l’ordinateur reste un objet très cher en Afrique et qu’une connexion à Internet dans des langues non parlées par les populations serait vaine.

Pourtant des hommes comme Ms. Pouly et Sagna sont persuadés qu’Internet et, à plus grande échelle toutes les formes de TIC, peut devenir un atout majeur dans l’aide au développement. Je n’ai pu m’empêcher de leur poser la question de l’ordre des priorités et notamment déjà d’amener des médicaments avant de pouvoir surfer sur la toile.

Ils ont tous deux répondu qu’il n’est pas question de choisir entre « l’eau et Internet » et qu’il faut avancer dans les deux. Ce qui est tout à fait valable à mes yeux, bien que peu réaliste en soit. Enfin je peux me tromper, mais je crois qu’avant de passer des heures sur Internet, les gens préfèrent tout de même pouvoir manger et se soigner.

Cependant je dois reconnaître qu’ils ont su donner des exemples concrets de ce que peut apporter Internet aux populations africaines notamment.

M. Sagna a choisi de nous parler des maraichers qui grâce à l’arrivée d’Internet peuvent eux-mêmes se rendrent compte des cours actuels des fruits et ainsi vendre leur produits à des prix valables sans passer par des passeurs, anciennement uniques détenteurs des cours et qui sans scrupules n’hésitaient pas à se faire des marges indécentes sur leur dos.

M. Pouly nous a parlé de télémédecine. Là aussi, c’est vrai qu’un médecin spécialiste à Dakar peut être consulté par des villages reculés sans que cela nécessite la mise en œuvre de grand moyens ou de grandes épopées. Et puis il y a aussi le télé-enseignement à l’aide de tableaux interactifs, l’apport des savoirs avec l’accès au réseau etc...

L’essor des démocraties occidentales est intrinsèquement lié à l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Donc il n’est pas du tout hors de propos de vouloir aider les pays du Sud à eux aussi profiter des TIC pour avoir leur part de croissance et d’amélioration des conditions de vie.

Cependant, le combat reste très compliqué tant il n’y a pas aujourd’hui de réelle volonté massive du secteur privé et des pays occidentaux d’aider ces pays à s’équiper.

Le constat reste amèrement triste et redondant. Les ordinateurs qui arrivent en Afrique sont plus souvent des ordinateurs envoyés pour être recyclés (récupération des matières premières : Cuivres, Or etc...) par une main d’œuvre qui n’a pas de lois pour l’empêcher de prendre des risques sanitaires et qui ne coûtent pas cher que pour aider les peuples à s’équiper et améliorer leur cadres de vie.

M. Pouly parle d’inventer des taxes pour aider à financer des projets d’équipements et petit à petit donner aux pays du Sud une aide des plus précieuses. Pourquoi pas.

Il faut donc poursuivre les efforts car comme le dit le proverbe africain « La figue ne tombe jamais en plein dans la bouche ».

Boris

(Source : Kydiz, 21 septembre 2008)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)