twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet, un moyen efficace de défense du consommateur sénégalais

mercredi 27 octobre 2010

A l’instar de son semblable américain, le consommateur sénégalais aurait pu bénéficier d’une meilleure protection grâce à internet. Malheureusement pour lui, au Sénégal, plus de la moitié de la population est analphabète et une très faible portion de celle-ci est connectée.

Le réseau des consommateurs de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a eu une séance de travail avec les membres de la Federal Trade Commission et du département du Commerce des Etats-Unis, mercredi 22 septembre. Selon ses organisateurs, la rencontre s’inscrit dans le cadre du « dialogue africain pour la protection des consommateurs dont la première conférence régionale a eu lieu du 17 au 19 août 2009 à Johannesburg ».

« A ma demande, Mme Deon Woods Bell (représentante de la Federal trade commission, Commission fédérale du commerce des Etats-Unis, Nldr) m’invita à convier les membres du réseau à intégrer le cadre de dialogue », a confié Momar Ndao, le président du Réseau des consommateurs de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Au cours de la rencontre, Deon Woods Bell a montré comment aux Etats-Unis la Commission fédérale du commerce protège les droits du consommateur et la manière dont elle combat les escrocs. Sur un extrait de vidéo diffusé sur Youtube par la Commission fédérale du commerce, des consommateurs racontent les différentes formes d’escroqueries qu’ils subissent.

Les victimes y fournissent des informations et apprennent leurs droits et les comportements qu’il faut avoir face à un abus. Si les défenseurs du consommateur américain espèrent servir d’exemple à leurs homologues africains, ils risquent de buter sur quelques obstacles.

Au Sénégal, par exemple, l’Agence nationale de la démographie et de la statistique (ANDS) informe que seuls 4% des ménages sont connectés à internet. En plus, plus de 50% de la population sont analphabètes.

De toute façon, le ministre du Commerce, Amadou Niang, propose : « Pour que le renforcement de capacités soit possible, il faut que l’Etat, les consommateurs et les entreprises contribuent au système de protection » commune.

Pour sa part, Pamela Green, représentante du département du Commerce américain, propose aux acteurs concernés de « discuter sur la position du consommateur, d’aider les entreprises à combattre la fraude, éviter aux consommateurs l’achat de la production des faux produits en organisant un atelier pour les pays africains ».

AÏssatou Faye

(Source : Kanal150, 27 octobre 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)