twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet sans fil au Sénégal : S’asseoir n’importe où et surfer

mardi 13 juillet 2004

Il suffit d’avoir un ordinateur portable, une carte Wifi permettant de surfer sans fil, pour accéder à Internet, gratuitementet n’importe où... à condition toutefois de se trouver aux alentours du réseau radioélectrique installé. C’est la Sonatel Multimedia qui lance le produit ou plutôt, la solution, au Sénégal, pour le 15 juillet prochain au Sénégal. Une prouesse technologique aux avantages certains, avec tout de même des inconvénients de taille. Suivez le guide...

Une révolution aussi importante que le microprocesseur en 1972, ou le navigateur en 1992 ? Certains n’hésitent pas à l’affirmer. À Melbourne, Paris, Londres ou Bruxelles, dans plusieurs grandes métropoles du monde, c’est déjà une réalité. Au Sénégal, le WiFi arrive. Wireless Fidelity (fidélité sans fil), le mot générique WiFi’ est l’appellation commerciale d’une technologie de transmission sans fil basée sur la norme de réseau radioélectrique (radio et infra-rouges) 802, normalisée en 1999 par l’EEE. Plus besoin de placer des prises téléphoniques dans toute la maison ou au bureau pour pouvoir se connecter à Internet. Rapide avec la technologie à haut débit Adsl, et sans fil, la solution permet en effet d’éviter de tirer des câbles et de percer les murs. On peut déplacer les postes d’une salle à l’autre, sans problème.

Le débit de transfert théorique (11Mbits/s pour un rayon d’action de quelques dizaines de mètres dans la bande de fréquence de 2,4 GHz) mis à part, un réseau Wi-Fi est similaire à un réseau câblé de type Ethernet. Ainsi, si l’on dispose de plusieurs ordinateurs, on pourra faire appel au Wi-Fi pour simplifier son installation réseau. L’absence de câblage est bien sûr le gros avantage de ce système, auquel s’ajoute le fait de pouvoir partager sa connexion Internet au sein de son domicile ou d’un réseau local. Il semble aussi être le moyen le plus confortable pour accéder au web lors d’un déplacement, un accès rendu possible par la multiplication des Hot spots, qui ne sont autres que des bornes d’accès au Wi-Fi, généralement installés dans des lieux de passage à forte influence, tels que les aéroports, complexes touristiques, etc.... Là, se situe l’un des grands rêves qui entourent le Wi-Fi : se connecter à Internet n’importe où, n’importe quand et sur son propre ordinateur, pour peu qu’on ait un accès Internet à haut débit, un point accès sans fil (Access point (semblable à un routeur)) et une antenne si l’on veut mettre en place un réseau de plusieurs postes, particulièrement pour le partage de l’Internet.

Mais, face aux atouts et avantages incontestables, encore qu’on attend de connaître le coût de l’équipement Wi-Fi, se dresse un inconvénient majeur : la perméabilité du réseau qui pose le problème de la sécurité.

Les faiblesses du Wi-Fi

Les ondes radio-électriques se propagent en effet dans toutes les directions, avec une portée assez grande. Une personne non-autorisée peut dès lors écouter le réseau. Aussi, la confidentialité des informations traitées par les équipements et réseaux Wi-Fi reste encore insuffisante. Cette relative perméabilité serait d’ailleurs l’un des principaux inconvénients de cette technologie par rapport aux réseaux filaires. Ce n’est pas pour rien que la chasse aux réseaux Wi-Fi mal sécurisés serait devenue un véritable sport pour bon nombre de hackers (pirates). La première raison avancée tient au fait que ce type de connexion s’appuie sur une transmission radio qui se propage "dans l’air", alors que l’autre raison résiderait même dans la norme 802.11 qui, dit-on, présente des failles de sécurité.

Pour l’heure, la solution la plus sûre pour éviter une telle nuisance serait la mise en place d’un réseau privé virtuel.

Il demeure cependant que, dans les pays où cette technologie est déjà très usitée, les erreurs proviendraient des utilisateurs, eux-mêmes, qui omettent souvent de mettre en œuvre les protocoles de sécurité de cette norme, si ce ne sont pas carrément les logiciels de sécurité fournis avec les cartes Wi-Fi, qui sont ignorés.

Sur un autre registre, l’utilisation des ondes radioélectriques sur la santé serait à prendre en compte, même si la puissance de rayonnement des antennes Wi-Fi (100 mW) serait beaucoup plus faible que celle des téléphones mobiles.

Reste à savoir si au niveau de la réglementation, les conditions d’utilisation du Wi-Fi sont bien campées.

En attendant, les cybernautes pourront continuer à surfer dans leur endroit favori, c’est juste que la technologie WiFi, dans son concept, donne tout son sens à l’informatique nomade, et l’opportunité est de taille.

Malick NDAW

(Source : Sud Quotidien 13 juillet 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)