twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet : l’Afrique aura enfin son nom de domaine « .africa »

jeudi 16 février 2017

Après des années de tractations et de batailles judiciaires, l’organisation sud-africaine, ZA Central Registry, a désormais le droit de commercialiser le nom de domaine « .africa ».

Excellente nouvelle pour les éditeurs de sites web africain. Le régulateur d’Internet, la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, en anglais, plus connue sous son abréviation ICANN) vient d’annoncer qu’elle commencerait le processus de la délégation du domaine générique de haut niveau dotAfrica (.africa) à l’organisation sud-africaine, ZA Central Registry (ZACR). Autrement dit, il sera possible, dans quelques semaines, pour les personnes et les organisations africaines d’acheter le droit d’utiliser le nom de domaine.

L’annonce intervient après que la Cour supérieure de Californie ait autorisé le régulateur mondial d’Internet à déléguer le « .africa » à la structure sud-africaine. Le litige qui oppose l’ICANN à DotConnectAfrica (DCA), une structure basée à l’île Maurice qui elle aussi a les yeux rivés sur le nom de domaine continental, est pourtant toujours en cours.

Les noms de domaine, une affaire stratégique...

Tout a commencé quand l’ICANN avait décrété que les noms de domaines « .com » et « .net » étaient saturés. Une situation qui a obligé l’entité à ouvrir de nouvelles possibilités. Presque toutes les activités ont eu leur propre nom de domaines. Des adresses web se terminant par « .fish », « .lawyer » ou même « .fail » sont apparues dès lors sur internet. Mais ce n’était pas forcément une chose facile. Vu la rentabilité et l’aspect stratégique que peuvent avoir les noms de domaines, des batailles avaient éclaté entre plusieurs acteurs. Mais la plupart des différends ont été résolus à l’amiable ou en mettant ces domaines aux enchères. En janvier 2016, par exemple, GMO Registry, un opérateur de noms de domaines privé basé au Japon a payé 41,5 millions de dollars américain pour commercialiser le nom de domaine « . shop ».

Historique d’une bataille ouverte...

Seule l’Afrique n’a pas eu son propre nom de domaine à cause de la bataille entre ZA Central Registry et DotConnectAfrica. Et vu le caractère géographique et culturelle du nom de domaine, il n’était pas possible de le mettre aux enchères. Du coup, l’ICANN a exigé que les demandeurs d’un domaine géographique obtiennent l’appui de 60 % des gouvernements de la zone disputée. Une règle qui a finalement provoqué une situation insolite, puisque les deux candidats ont présenté leurs demandes et ont affirmé avoir l’appui de la Commission de l’Union africaine, en 2012. En fait, DotConnectAfrica avait annoncé avoir reçu la bénédiction de la commission en 2009, avant que celle-ci ne retire ce soutien pour appuyer le dossier ZA Central Registry. Ainsi, ICANN a finalement légué le « .africa » au ZA Central Registry, début 2014. Une décision qui n’était évidemment pas au goût de de DotConnectAfrica qui a demandé une révision interne. Une opération qui a duré deux ans, pour au final, aboutir à la confirmation de la décision initiale. C’est alors qu’a commencé un véritable marathon judiciaire après que DotConnectAfrica ait déposé une plainte contre l’ICANN pour fraude et pratiques commerciales déloyales et a demandé à un tribunal fédéral des États-Unis de bloquer l’organisation de l’attribution du nom de domaine au Registre central ZA pendant le procès. Si la dernière demande a finalement été refusée, la plainte contre l’ICANN est toujours en cours... Cela n’empêchera pas plusieurs groupes et organisations d’adopter le nouveau nom de domaine, et à leur tête l’Union Africaine.

Mehdi Lahdidi

(Source : La Tribune Afrique, 16 février 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)