twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Institut du Mandé : Faire des Ntic un outil de sauvegarde de l’héritage culturel

lundi 29 octobre 2007

L’Institut des instruments et musique du Mandé et d’Afrique (Iimmaa), veut servir de creuset pour l’expression de la tradition. C’est ce qui est sorti des échanges, tenus vendredi dernier à la Maison de la Culture Douta Seck, sur les études scientifiques et technologiques des instruments et musiques traditionnels.

Porteur du projet de l’Institut du Mandé, Mamadou Coulibaly, a axé sa réflexion, servie vendredi dernier lors d’une rencontre avec la presse, autour de l’apport des sciences et technologies pour une valorisation de l’art et de la culture. Selon lui, il vaut mieux outiller les acteurs du milieu aux métiers de la science et des technologies qui offrent de nouvelles perspectives pour la promotion de la musique traditionnelle. "La matrice scientifique, note-t-il, nous permet de découvrir différentes structures de la composition des instruments en termes d’innovations".

Ainsi, le plan stratégique de développement de l’Institut du Mandé, qui est basé sur un projet fédérateur, s’articule autour de divers thèmes. Et ces thèmes sont liés aux études scientifiques et technologiques des instruments, au développement d’un musée africain des instruments et musiques d’Afrique, en plus des études des musiques traditionnelles assistées par ordinateur. A cela, ajoute Mamadou Coulibaly, "nous voulons contribuer à la promotion de la musique traditionnelle, au renforcement des capacités des acteurs culturels et artistiques".

Aujourd’hui, l’environnement professionnel permet la valorisation de la culture Mandingue avec l’utilisation de la kora qui, selon lui, a toujours joué un rôle incontournable dans la promotion de la culture du Mandé. Pour Mamadou Coulibaly, le projet de préserver la tradition, ne doit pas s’inscrire dans une logique d’immobilisme. "Il faut, préconise le conférencier, s’imprégner et s’adapter aux nouvelles technologies qui constitueront, à coup sûr, un levier sur lequel il faudra s’appuyer pour garder l’héritage culturel". Par le biais de l’apport de ses partenaires, l’Institut des instruments et musique du Mandé et d’Afrique (Iimmaa) entend s’inscrire dans une vision sous régionale. Celle-ci va consister à revaloriser les instruments et musiques dans l’espace ethnoculturel Mandingue.

En outre, la rencontre avec les journalistes, tenue vendredi dernier, s’inscrit dans la perspective de la célébration du premier anniversaire de l’Immaa, qui aura lieu ce mercredi 31 octobre 2007, au Théâtre national Daniel Sorano. Cette soirée, annonce-t-on, verra la participation de grandes vedettes de la musique Mandingue avec les Mahawa Kouyaté, Djéliba Kouyaté, entre autres.

Cheikh Fall

(Source : Wal Fadjri, 29 octobre 2007)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)